Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Le Temps des Valeurs

4.44 Les entreprises libérées : Une mythologie de contestation des figures traditionnelles de l'Autorité ?


2. La transformation en profondeur des figures d'autorité

La conception de l'autorité a considérablement évolué au cours  du XX siècle et en ce début de XXI° siècle. Nous nous proposons ici d'explorer ce qui nous semble être les 4 idéaux types qui ont traversé et continuent de traverser cette époque: La figure hiérarchique, la figure managériale, la figure postmoderne et enfin la figure "libérée".

Cet effort de clarification peut être est utile autant pour ceux qui occupent une position d'autorité que pour ceux qui la subissent. Des différences significatives trop importantes entre les deux types d'acteurs peuvent parfois expliquent leur interaction malheureuse.

Ces 4 figures sont apparues de façon chronologique sans cesser cependant d'exister quand une nouvelle émerge. Si elles sont très typées au moment de leur apparition, elles se mélangent ensuite au fil de leur devenir. Les dates proposées ne sont évidemment qu'indicatives et ne sont en aucun cas lié à un événement précis.

  • La figure hiérarchique (1900 - 1970 et suivantes...)
En ce début de siècle, grâce aux progrès techniques, les industries sont en pleine expansion pour répondre aux besoins de la consommation de masse.  Les entreprises mettent en place des systèmes d'organisation standardisés et font appel à une main d'œuvre qu’elles espèrent docile.
 
Sur les conseils de Taylor, elles conçoivent  des organisations hiérarchiques pyramidales où chacun a un un poste bien précis. D’un coté, il y a les chefs qui commandent et qui pensent et d’un autre ceux qui obéissent et exécutent.  La compétence se définit pour les salariés comme la capacité à respecter des consignes qui ont été élaborées par des personnes plus intelligentes qu’elles : les ingénieurs et les chefs. La relation établie entre eux est verticale descendante et asymétrique.  Pour Marx, elle relève de la domination car il s'agit d'obtenir la soumission des collaborateurs qui sont dépossédés d’une grande partie de la valeur ajoutée que leur travail contribue à produire.
 
Cette soumission ci est obtenue par la peur des sanctions. C’est même la condition de la reconnaissance. Si je me soumets aux chefs, alors je serais reconnu par eux.
 
Cette capacité à supporter un tel système est préparée par une éducation dite « disciplinaire » (Foucault) fondée essentiellement avant tout sur le respect de l’autorité et des règles.

C'est dans le système familial patriarcal autoritaire que le sujet fera ses premiers apprentissages de l'ordre hiérarchique. A cette époque, en Europe du Sud en particulier, les structures familiales, selon Emmanuel Todd, se caractérisent pas l’importance accordée à la place du Père et la dimension inégalitaire des relations entre les membres de la famille.
 
La psychanalyse explore cette conception en mettant en évidence le rôle essentiel de celui-ci dans la construction de l’individu. C'est lui qui représente la "Loi" et permet en tant que tiers à l'enfant de se différencier de la mère. Il a donc un rôle positif puisqu'il facilite l'intégration de l'enfant à l'ordre symbolique qui rend possible la vie sociale. Intégrant ainsi peu à peu qu'il ne peut satisfaire tous ses désirs, il accède au stade de la "castration symbolique" qui marque l'accès à la maturité. Il ne sera pas tout puissant mais "un parmi d'autres" (Vasse, ?).
"La Lettre au Père écrite" par Kafka  à son père en 1919 traduit bien les modalités de cette relation au père autoritaire:
 
"Comme tu avais un puissant appétit et une propension particulière à manger tout très chaud, rapidement et à grandes bouchées, il fallait que l'enfant se dépêchât; il régnait à table un silence lugubre entrecoupé de remontrances: "Mange d'abord, tu parleras après", ou bien: "Plus vite, plus vite, plus vite", ou bien: "Tu vois, j'ai fini depuis longtemps." On n'avait pas le droit de ronger les os, toi, tu l'avais. On n'avait pas le droit de laper le vinaigre, toi, tu l'avais. L'essentiel était de couper le pain droit, mais il était indifférent que tu le fisses avec un couteau dégouttant de sauce. Il fallait veiller à ce qu'aucune miette ne tombât à terre, c'était finalement sous ta place qu'il y en avait le plus. A table, on ne devait s'occuper que de manger, mais toi, tu te curais les ongles, tu te les coupais, tu taillais des crayons, tu te nettoyais les oreilles avec un cure-dent."

Les institutions comme les familles s'associent pour fabriquer ce que Vincent de Gaulejac appelle l"Homo hierarchicus", c'est à dire un individu docile dont le capitalisme a besoin pour soutenir la forte croissance de ses économies.

Groupe ESC Clermont Business School
Notez
Lu 6766 fois

Commentaires articles

1.Posté par Boulat le 13/08/2015 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette vision d'ensemble, cette bouffée d'air(e); pour cette analyse de fond. Vous me permettez de m'extirper des (d)ébats sensationnels :+) C'est un très beau partage

2.Posté par Jean-Claude Plourde le 14/08/2015 00:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Excellent article...
La gestion du consentement demande des lieux de délibération qui intègrent la stratégie, la gestion des opérations et la gestion quotidienne. L'équilibre entre ces trois facettes est fondamentale. Ce lieu de délibération est aussi un lieu d'apprentissage et de partage de connaissances nécessaire à la continuité de l'organisation.
Salutations!

3.Posté par bismuth denis le 16/08/2015 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cet article qui donne au phénomène de l'entreprise libérée le recul nécessaire pour en relativiser la portée.
les mythes sont souvent fondateurs de changements profonds. ici c'est bien la mythologie de l'autorité qui est questionné. plus exactement le lieu ou doit s'exercer l'autorité.
qui est légitime pour allouer l'autorité à qui ? qui a autorité pour déclarer qui détient l'autorité ?

4.Posté par Guy Houvenaghel le 17/08/2015 21:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Félicitation pour cet article non seulement très bien documenté mais contenant une vraie analyse- A relire et relire... J essaierai de situer des auteurs tels que Spencer Johnson, vincent Lenhardt, Robert Dilts, Stephen Covey,...selon les 4 périodes... A bientôt-

5.Posté par Michel DENIER le 05/09/2015 17:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
excellent article

Je rajouterais comme référence bob DILTS et sa vision de la PNL 2.0, Jurgen APPELO et son management 3.0, le concept de servant leadership

mais sans aucun doute cet article est passionnant et fort bien écrit

au plaisir de lire d'autres contributions...

6.Posté par Olivier ARNOULD le 09/01/2016 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cet article... et son approche intéressante du sujet par l'autorité... qui est un mot que je trouve de moins en moins prononcé dans les organisations même traditionnelles...

7.Posté par Jean marc SANTI le 01/02/2016 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bien mais nous restons un peu réactifs face à ce constat.... Il y a déséquilibre ou insatisfaction et nous essayons de trouver une solution pour y répondre. Ne pourrait on pas aller un peu plus loin et anticiper un peu quelles pourraient être les évolutions à faire dans un proche avenir. C'est un peu comme si nous répondions à une problématique qui n'existe pratiquement plus. On focalise sur les rares entreprises restantes à faire du management autocratique, pour vendre la libération. Mais déjà les insatisfactions se font sentir et le concept d'entreprises libérées est déjà dépassé. C'est un signe que cette approche reste à développer et à évoluer pour répondre au mieux aux évolutions des marchés et des mentalités... Peut être sommes nous utopiques lorsque nous croyons que l'entreprise doit devenir un lieu de réalisation de soi et de recherche de performance individuelle... Au service de qui?
http://www.santi-associes.eu

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes