Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

"Paris 2024 sera, à coup sûr, soucieuse de son impact environnemental."


"Paris 2024 sera, à coup sûr, soucieuse de son impact environnemental."
À travers les nombreux engagements que les jeux olympiques 2024 se sont promis de respecter, la question du développement durable est au cœur des préoccupations. Prendre en compte l’avant, le déroulement et l’après jeux seront des principes fondateurs pour réduire l’impact environnemental. Nous sommes à un carrefour de la transition écologique et il est du devoir des Jeux Olympique 2024 de mettre en place des actions spécifiques pour répondre au besoin. L’un des buts principaux de celui-ci : accompagner l’événement dans sa stratégie climatique et environnementale sur l’ensemble du périmètre des Jeux Olympique 2024. Pour cela, le comité pour la Transformation Écologique sera un allié précieux dans le bon fonctionnement du système.

Différentes actions sont amenées à être mené et elles se porteront principalement sur la biodiversité, l’énergie mais aussi l’impact carbone. Enfin, la question de l’économie circulaire et les constructions temporaires (infrastructures) seront des sujets importants. Les infrastructures sportives des Jeux olympiques sont déjà existantes ou au moins utilisées temporairement à plus de 95%. C’est l’un des éléments clés pour diminuer le nombre de structures qui pourraient être laissé à l’abandon dans l'après jeu. Les énergies renouvelables et les matières premières bas carbone seront également favorisés pour bâtir des nouvelles infrastructures nécessaires. Parmi les grandes ambitions des Jeux Olympiques 2024, nous pouvons citer « la réduction d’au moins 50% des émissions de gaz à effet de serre comparé aux Jeux des éditions précédentes. »

Organisation des Jeux Olympiques, comment cela se passe généralement ?

Très souvent, les villes mondiales ont très envie d’organiser les Jeux Olympiques car cela leurs permet d’être au centre de l’attention pendant plusieurs semaines. Cet évènement attire de nombreux touristes venus du monde entier pour assister à ces derniers. L’arrivée des spectateurs et des supporters représente un avantage économique considérable pour le pays en question. Cependant, l’organisation des Jeux Olympiques requière beaucoup de temps, de travail, mais aussi et surtout, une somme considérable d’argent. Et pour cause, les villes qui souhaitent organiser les Jeux Olympiques doivent préparer en amont un dossier. Après avoir effectué toutes ces démarches administratives, le Comité International Olympique (CIO) choisit la ville gagnante : « ville hôte ». C’est dans celle-ci que se dérouleront les Jeux Olympiques. Après avoir été élu comme « ville hôte », la ville dispose de sept ans pour organiser correctement et conformément son territoire dans le but d’organiser cet événement aussi important dans de meilleures conditions.

Vous remarquerez que très souvent, la ville ne possède pas assez de stades, de piscines et de lieux sportifs au lancement du projet. Il lui faut donc prévoir des travaux dans le but de rénover les infrastructures existantes ou même en prévoir de nouvelles. De plus, il faut également construire le village olympique. Le temps des recrutements pour les moyens humains est également un challenge à relever pour disposer d’un nombre assez important d’intervenants pour réponse aux besoins de l’évènement. Il faut aussi anticiper et prévoir des denrées pour répondre aux besoins nutritionnels de tout le monde. En outre, l’organisation des Jeux Olympiques n’est pas une tâche facile à effectuer. Par exemple, pour les Jeux Olympiques de Rio, la ville a dû construire des lignes de bus et de métro pour pouvoir accueillir et transporter tous ceux qui étaient venus pour y assister. Cette dernière a également détruit des favelas (quartiers pauvres) pour la construction de routes et de parkings.

Si une ville a envie d’être choisie par le CIO, elle doit penser à la manière dont elle va organiser les Jeux Olympiques, il faut établir un plan de financement et avoir le soutien des habitants du pays. Mais alors, l’un des points importants qui questionne bon nombre d’entre nous est : l’utilisation de toutes ces constructions après les Jeux Olympique. L’avenir incertain des infrastructures fait réfléchir à la question car il ne faudrait surtout pas laisser ces dernières inutilisées. Devons-nous alors prendre exemple sur la ville de Londres ? Après les Jeux Olympiques de 2012, elle a transformé le village olympique en habitations.

Paris, on en parle ?

"Paris 2024 sera, à coup sûr, soucieuse de son impact environnemental."
Alors que les Jeux Olympique de Tokyo se sont terminés récemment, il faut faire place à Paris pour l’organisation des jeux de 2024. C’est dans la commune de Saint-Denis que va prendre forme le village olympique. L’objectif est de construire des logements de qualités pour accueillir les participants des jeux olympiques durant deux semaines. L’enjeux pour Paris après ses deux semaines sera de réutiliser ses logements dans le futur. Certains lieux qui accueilleront les sports sont actuellement en construction. Parmi eux nous avons le centre aquatique.

Savez-vous alors que Paris a décidé d’utiliser des lieux existants pour accueillir d’autres sports ? En effet, Paris 2024 mise sur 95% de sites existants ou temporaires pour accueillir l’ensemble des jeux olympiques. Les sites qui seront créés viendront s’intégrer directement dans les plans de développement à long terme de la ville. C’est un aspect qui a été controversé pour de nombreux pays organisateurs qui n’ont pas su mettre à profit les infrastructures. Le contexte écologique actuel motive d’autant plus Paris dans l’idée de poursuivre cette démarche de préservation des infrastructures. La durabilité et l’héritage étant au cœur de la stratégie de ses jeux olympiques, la volonté de Paris est d’organiser des jeux « durables ». Tout d’abord en limitant considérablement l'empreinte carbone, mais aussi en favorisant des transports en commun respectueux de l’environnement. Les infrastructures vivront également des énergies renouvelables.

Les Jeux olympiques représentent une occasion de développer l’image du pays organisateur aux yeux du monde. Et cela passe avant tout par un logo rempli de sens. Paris 2024 a décidé d’utiliser la base d’une médaille d’or qui représente les jeux olympiques, tout comme la flamme qui vient se placer au centre. Le contraste de couleur fait apparaitre une figure historique de la France, l’emblème de la république française, Marianne. En ce qui concerne l’organisation, Paris dispose de nombreux atouts et compte bien les utiliser. La Seine par exemple sera utilisée pour la cérémonie d’ouverture. Paris 2024 décide de briser les codes authentiques de la compétition car ce sera la première fois qu’une cérémonie d’ouverture se déroulera en dehors du stade olympique. Les embarcations aux couleurs des équipes remonteront la seine et les 600 000 spectateurs attendus pourront profiter du spectacle dans un cadre idyllique. Les plus beaux monuments de Paris pourront accueillir à leur pied certaines épreuves sportives.

Les jeux olympiques sont-ils une opportunité ou une menace ?

Les jeux olympiques présentent des aspects positifs pour la ville organisatrice. Parmi eux, nous pouvons compter sur le tourisme qui va permettre à Paris de générer des bénéfices considérables. Cependant, les habitants de la ville organisatrice mais aussi les citoyens présents dans l’hexagone se retrouvent dans l’obligation de se déplacer, voire, pour certains, de quitter définitivement leur logement en raison de destruction de leur propre logement. Et pour cause, plus de deux millions de personnes ont été déplacées au cours des 20 dernières années. Les catégories qui ont été les plus touchées sont les roms, les sans-abris, les pauvres et les afro-américains. Des quartiers ont été détruits. Certaines populations épargnées de ce phénomène comme les habitants de haut standing qui résident à l’intérieur des grandes villes et nous en périphérie. C’est donc les habitants à faible revenu sont localisés qui illustre ce phénomène d’inégalité au sein de la société. Ajoutons que dans certains pays, le fait de contester les décisions est interdit et les protestants risquent l’emprisonnement

Devons-nous parler de menace environnementale ?

Les jeux olympiques se retrouvent de plus en plus confronté aux questions écologiques. Les mouvement et militants écologistes sont de plus en plus nombreux et s’intéressent de près au devenir de notre planète. Cette situation a été mise en lumière plus récemment par les protestations du mouvement environnemental contre les villes qui accueillent les Jeux Olympiques. Pierre de Coubertin a décidé de lancer l’idée de rétablir les Jeux olympiques de l’Antiquité en 1982. Malheureusement pour lui, à notre époque on ne peut parler de Jeux Olympiques sans évoquer l’impact environnemental de cet évènement.

Les manifestations des écologistes se sont fortement développées ces dernières années. Néanmoins, le CIO affirme que « les Jeux Olympique de 2022 seront les plus écologiques de l'histoire ». Cela semble incohérent quand nous constatons que la neige utilisée lors des jeux olympiques sera à 100% artificielle. De plus, la Chine défrichera plus de 1 000 hectares de nature pour construire de nouvelles installations et approvisionner Paris en 2024. Les nombreuses questions environnementales pourraient remettre en cause la légitimité des Jeux olympiques d'hiver à long terme. Si nous prenions sérieusement en compte le réchauffement climatique cela réduirait considérablement le nombre de villes candidates. C’est ainsi pour ces raisons et bien d’autres que les Jeux Olympiques sont considérés comme une réelle menace envers l’environnement. Il est essentiel de trouver une solution qui permettra d'honorer ces cérémonies tout en respectant l’environnement

L’heure grave… L’enjeu est collectif !

Au fil des ans, le nombre de sites tombés dans l’oubli augmente considérablement. De quoi se demander les conséquences de ces abandons sur l’environnement. Il a été mis en lumière que les infrastructures et les matériaux délaissés, après plusieurs années, représentent des décharges illégales en plein air. Ils sont aperçus comme risque pour la nature ainsi que pour la sécurité et la santé des êtres vivants. La construction de ces infrastructures à la base fait polémique entre les habitants et même les téléspectateurs. Les sites sont bâtis dans des délais généralement courts, ce qui ne laisse pas le temps de réfléchir aux résultats. Pendant les Jeux Olympiques d’hiver de 2014 en Russie, la faune et flore de la ville de Sotchi ont été détruites. On a rasé les plantes et les arbres pour y construire les villages olympiques et les déchets et polluants ont été répandus dans les canaux aquatiques autour de la ville, engendrant ainsi la mort de quelques animaux du fleuve et l’inquiétude des habitants du territoire.

Après toutes ces éditions ratées, on considère les Jeux olympiques et l’environnement comme étant « un mélange qui fait mal à la terre ». Depuis, les pays accueillant les jeux olympiques sont plus soucieux de l’écologie et proposent des plans d’action plus verts et durables. En 2012, les Jeux Olympiques d’été à Londres prennent la tête du classement en termes de durabilité. Le gouvernement anglais n’a pas construit d’infrastructures, il a eu recours aux anciens édifices après quelques entretiens et réaménagements. La plupart des bâtiments sont toujours utilisés jusqu’à présent. En même temps, un parc naturel de 150 hectares a été planté en ville pour favoriser la purification de l’air et lutter contre le réchauffement climatique. De plus, presque 98% des déchets sont recyclés, ne laissant derrière cette édition qu’une ville propre et amie de l’environnement.

Pour les JO Paris 2024, la stratégie durable proposée permettra ainsi d’éviter ce gaspillage d’infrastructures et de matériaux. Cela contribuera automatiquement à la préservation de la faune et la flore. Non seulement le recyclage des sites permettra l’optimisation de l’espace, il mettra en place plusieurs chances de travail aux jeunes français. Le réaménagement des villages olympiques, des piscines… demande sans doute des personnes à le faire, ainsi que pour y travailler par la suite. Et enfin, la reconversion des installations n’est pas loin de devenir évidente et nécessite beaucoup d’argent et de stratégies.

Comment ne pas s'intéresser à ce que pense l'ensemble de la population ?

"Paris 2024 sera, à coup sûr, soucieuse de son impact environnemental."
Les citoyens qui composent notre société peuvent avoir des avis différents sur les questions en lien avec l’écologie des Jeux Olympique de Paris. Ils se sentent plus ou moins concernés par cet événement. D’après notre sondage, certains éprouvent plus qu’une passion pour le monde du sport et les Jeux Olympiques représentent pour eux un événement d'exception. “C’est l’occasion de rencontrer de grands sportifs venus du monde entier et de partager des moments intenses entre supporters de nos pays respectifs. Les disciplines proposées peuvent inciter les citoyens à commencer un nouveau sport. Je pense que le sport est porteur de valeurs importantes” nous affirme Mathieu (22 ans). Les avis sont partagés car certains restent totalement indifférents aux Jeux Olympiques.

Si l’on s'intéresse en détail au retour de la population, plus de 80% des étudiants sont sensibles aux questions écologiques en lien avec les Jeux Olympiques. La plupart d'entre eux sont d’accord sur le fait que les Jeux Olympiques dégradent l'environnement. Et pour cause, la construction de nouvelles infrastructures ne leur semble pas nécessaire. Plus de la moitié des personnes interrogées estiment que celles qui sont déjà existantes pourraient convenir pour accueillir les Jeux de Paris. Pire encore, 67,5% sont certains que les infrastructures seront laissées à l’abandon après l'événement en 2024. Plus incroyable encore, c’est 100% des citoyens qui estiment que l’idée de donner une seconde vie ou bien de recycler les équipements utilisés serait une excellente idée.

Mais selon vous, quels sont les acteurs qui peuvent influencer l’impact environnemental des prochains jeux olympiques 2024 ? Pour la place du grand vainqueur, nous retrouvons l’État avec presque 90% des votes. En seconde position, les membres des comités d’action impliqués. La troisième place revient aux citoyens. Les associations bénévoles ne font pas partie de notre podium, cependant elles ne sont que quelques places derrières les citoyens. Est-il possible de changer les choses ? Plusieurs propositions d'idées émergent comme la transformation des infrastructures. Certains proposent de les transformer en logements sociaux ou encore pour des entreprises. D’autres pensent qu’il serait possible de conserver les locaux pour des usages sportifs. “Nous pourrions les utiliser pour des événements culturels ou en faire des structures de loisir” propose Amélie (19 ans) “Ou sinon l’une des solutions ne serait-elle pas de construire des infrastructures avec des matériaux recyclables et respectueux de l’environnement ?” se demande Mathieu. Effectivement, pourquoi pas. Encore faut-il convaincre les plus radicaux qui pensent qu’il serait bien d’interdire la construction de nouveaux espaces utilisés uniquement pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. 

“La misère est olympique”... Les habitants de Saint-Denis protestent contre cette catastrophe écologique qui engendre brusquement la destruction, la pollution, l’expulsion et la spéculation.

“L’environnement” : Invité d’honneur aux JO 2024.

 Il est donc temps de se transformer pour réduire l’impact environnemental des Jeux Olympiques et s’engager dans une optique de “FREE Émission". Notre intention de mettre en place une stratégie que nous pourrions décrire de “nouvelle” dans le monde des organisations des Jeux Olympiques, et cela puisque jamais un événement sportif mondial n’a fixé le respect de la faune et de la flore comme étant son premier objectif. Recycler ou encore réutiliser les équipements usés n’est pas le seul moyen que nous comptons déployer afin de mettre en place notre plan d’actions, nous comptons également insister sur l’importance de réduire l’émission du carbone et cela en utilisant des outils écologiques que nous espérons voir perdurer pendant les années à venir.

En termes de structure et processus, un plan d’actions a été mis en place pour atteindre nos objectifs et suivre notre stratégie comme il se doit. Ce plan se focalise sur des points pertinents mais aussi importants qui se présentent comme suit :
• Pour chaque achat, une méthode CO2 ainsi qu’un système responsable seront pris en considération en premier lieu.
• Mettre en place un système de management durable.
• Solliciter des partenariats avec des entreprises qui se soucient de l’environnement et de l'écologie.
• Mettre en place des moyens de contrôle à chaque étape importante pour s’assurer du bon cheminement du plan d’action.

La motivation est le maître clé de tout action ou projet réussi. De notre côté, notre motivation est de se dire qu’après cette étape transitionnelle, tous les organisateurs à venir prendront en compte l’importance de bien respecter l’environnement et nous contribuerons ainsi à ce changement avec grande joie

Auteurs: AL-HAMANY Ghita / ARISTAKESYAN Anahit / ATIQ Kenza / BARDYN Lucas / BERTRAND Manon / BENLAKHRYFA Salma


Bibliographie


Notez
Lu 208 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes


Recherche
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Viadeo

google-site-verification=zBXM1P-AZGEjk_uTepWbjj72lctplg2-eEDlKQ25ZtI