Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

Les applications mobiles de choix électoraux

Comment sensibiliser les personnes à exercer leur droit de vote tout en les aidants dans
leurs choix politiques ?


Application ELYSE
Application ELYSE
21,3% des 18-24 n’ont pas voté aux deux tours des élections 2017. C’est ce chiffre marquant qui a fait prendre conscience qu’il y avait un gros problème entre les générations Z et milléniales et la politique. C'est pourquoi nous avons vu apparaître des applications d’aide au vote.

Ces applications sont des systèmes d’aide au vote, ce sont « des outils en ligne interactifs conçus pour aider les électeurs à la décision lors d'élections politiques ». Il existe aujourd’hui 5 applications d’aide au vote qui ont connu un plus ou moins grand succès :
 
  1. Election Présidentielle
  2. Noslois.
  3. Qui pense quoi ?
  4. PrésidTracker – Election 2022
  5. Elyze
 
La plus connue et celle qui va nous intéresser est l’application Elyze. Elle est créée par deux étudiants Monsieur Grégoire Cazcarra et François Mari le 2 janvier à la suite des élections régionales où 9 jeunes sur 10 ne se sont pas déplacés. Pour Grégoire Cazcarra l’objectif de l’application « ce n’est vraiment pas d’être une consigne de vote, mais d’aider chaque utilisateur à mieux comprendre les projets de chaque candidat, sans en favoriser ou en défavoriser un. Ça, c’est notre objectif de départ et on sera vigilants à ne pas être instrumentalisés par tel ou tel parti politique, jusqu’à la fin de l’élection ». Le fonctionnement d’Elyze est simple, il faut répondre “oui”, “non” ou “je ne sais pas” à une proposition d’un programme d’un candidat officiel à l’élection présidentielle. À la suite des 430 propositions, l’application vous donnera un podium avec des pourcentages de correspondance avec les candidats. Elle permet également de se renseigner sur les candidats et leurs programmes. L’application n’a aucun lien avec un parti politique et est équitable pour tous les candidats.
 
L’application a rapidement connu un gros succès en atteignant les 1 millions d’abonnés et c’est là que les premières interrogations ont commencé à sortir notamment sur l’utilisation des données personnelles récoltées, car l’application demande l’âge, le genre et le code postal avant de s’ouvrir. Grégoire Cazcarra a rapidement répondu à la polémique « D’une part, on a été vigilants à ne pas collecter de données personnelles, c’est pour ça que les données sont anonymes, qu’elles sont facultatives : vous pouvez bénéficier des fonctionnalités de l’app sans renseigner ces quelques données. […] Donc toute cette matière intellectuelle, elle est passionnante et on va essayer de travailler dessus, mais par contre, évidemment, on ne peut pas savoir si vous swipez pour qui voter ou connaître vos données personnelles, votre géolocalisation. Là-dessus, aucune inquiétude particulière » et la CNIL a confirmé ses propos.
 
 

L’application ELYSE a été créé par des étudiants pour inciter les jeunes à aller voter. Effectivement celons le centre de recherche politique de Sciences Po, les jeunes ne se dépolitisent pas bien au contraire. Ils sont en demande de compréhension, de repères, d'éléments de connaissances qui leur permettraient de mieux comprendre ce qui fait débat aujourd'hui dans la société française. Ce qu’ils veulent, c'est qu'on leur donne matière à réfléchir, matière à se situer en politique, matière à comprendre les programmes politiques et les idées des candidats et candidates. De ce point de vue-là, l’application ELYSE et les autres, répondent à bon nombre de leurs demandes. 
 
Mais ces applications ne vont pas servir uniquement aux jeunes, elles vont se révéler être utilisée par tous. 

Le taux d’abstention aux élections présidentiel ne fait qu’accroitre avec les années.


Ce graphique du ministère de l’intérieur et de l’INSEE, nous montre que depuis 2007 le taux d’abstention ne fait qu’augmenter, au point de presque rattraper le record de 2002. 


Et ce graphique là nous montrer qu’effectivement c’est chez les jeunes (18-34ans) qu’il y a le plus d’abstention. 
 
Même si de base ELYSE visait les jeunes dans sa stratégie marketing, ils ne vont pas être les seuls à l’utiliser. Effectivement très vite elle prend de l’ampleur quand les politiques commencent à se méfier de cette application et de son jugement neutre entre les candidats. 
 
Mais alors est ce que cette application a réussi son job d'inciter les gens à aller voter ? 
 
En globalité cette application n’a pas particulièrement rempli son objectif de base. 
Car principalement, les gens qui ont téléchargé cette application sont des personnes qui s’intéressent déjà de près ou de loin à la politique. 
 
Notre questionnaire nous a révélé que quasiment la totalité des gens qui ne connaissaient pas cette application mais qui sont par la suite intéressés pour la téléchargé, sont enfaite des gens qui avaient déjà l’intention de voter aux élections présidentielles.
 
Si ces applications ne peut pas inciter les gens à aller voter, peut-elle alors les aider dans leur choix de vote finale ? 

Ces applications permettent de connaitre les idées politique de chaque candidat par le biais d’affirmations que l’utilisateur peut confirmer ou non. En plus de cela, nous pouvons y découvrir leur programme tout en y adhérant ou non. Après plusieurs heures d'utilisation l’application dégage une tendance politique. Chacun et ensuite libre de vérifier cette tendance et de la suivre ou non. Les utilisateurs peuvent donc se retrouver avec une tendance qui est celle de leur intention de vote. Dans ce cas cela confirme son choix et lui permet de réaliser que les idées qu’il soutient sont les mêmes que le candidat qui lui est conseillé. Cependant deux autres cas de figure peuvent exister :
 
  • L’utilisateur n’a pas, initialement d’intention de vote. 
Dans ce cas l’application peut guider l’électeur en lui expliquant comment et pourquoi un tel candidat sera celui qui lui correspond le mieux. Dans l’étude terrain que nous avons réalisé grâce à des interviews une femme cinquantenaire disait avant les élections : “ Je pense effectivement que cela peut m’aider à prendre une décision finale”. A la suite des élections elle avouera : “l’application m’a aidé dans mon choix électoral, elle m’a permis de voir avec lequel des candidats je partage le plus d’idées”.
Ces applications peuvent donc aider à trancher pour prendre une décision ou guider l’utilisateur dans une tendance politique le sortant du flou qu’il pouvait connaitre avant.
 
  • L’utilisateur a une intention de vote différente que la proposition de l’application.
Dans ce cas, plusieurs choix s’offrent à lui. Il peut soit reconsidérer ses prévisions et voter pour quelqu’un dont il n’avait pas l’intention. Soit il peut garder son intention en ignorant l’application. Un jeune cadre de 32 ans a dit : “L’appli n'a pas confirmé mon choix. Je trouve que l’appli est mal faite car il y a plus de propositions pour certains candidats que pour d’autres. Le jour des élections je voterai pour le candidat que je souhaite et non celui que l’application me conseil”. Malgré le fait que l’application lui ai conseillé un autre candidat, cet électeur va rester sur son choix. Cela peut s’expliquer par le manque de confiance en l’application mais aussi par le choix humain. En effet cette application ne se base que sur les programmes politiques, elle ne prend pas en compte la dimension humaine, qui, joue un rôle important dans le choix des Français. 
 
Nous avons donc vu que ces nouvelles applications peuvent guider les personnes indécises en leur dégageant une tendance mais il sera plus compliqué pour une personne ayant déjà fait son choix de lui faire changer d’avis. De plus elle montre certaines limites car elles ne se basent que sur l’aspect programme de chaque candidat.
Les applications mobiles de choix électoraux

 
Pour conclure, les applications d’aide au vote dont Elyze ont été créé à la suite d’un alarmant taux d’abstention chez les jeunes notamment. L’objectif de ces applications est d’aider les jeunes dans leurs choix et les inciter à se rendre aux urnes lors des élections présentielles de 2022. On a pu constater grâce aux différentes études que nous avons menées, que cette application a été majoritaire téléchargé par des personnes qui avaient déjà l’intention d’aller voter, elles n’ont donc pas d’impact fort et direct sur les intentions de vote. En revanche, les applications permettent de s’informer sur les programmes de chaque candidat de manière plutôt simple. En ce qui concerne les intentions de vote, on a pu constater que l’application avait un effet sur les personnes qui n’avait pas d’idée avant de faire le test. Elle eut également confirmé le choix d’une personne. En revanche, quand le candidat choisi et différent de celui proposé par l’application, les personnes changent très rarement leur vote pour celui désigné par l’application.
 
Pour terminer, nous avons constaté qu’il fallait beaucoup de temps et répondre à de nombreuses questions avant qu’un candidat ce démarque réellement des autres. Il pourrait également être amélioré l’apparence et le design de l’application pour avoir quelque chose de plus attirant.


Florent REILHAN, Théo ROSSI, Bastien RAFFIS, Irène Montenot (Etudiants Groupe esc Clermont (classe master in management))

Mots clés: 
Applications mobiles, Politique Française, Stratégie Marketing, Jeunesse, Conseil, Accompagnement, Élections présidentielles, Choix électoral, Présidentielle Française 2022, France, Abstention 
 
 
Les applications mobiles de choix électoraux

Irène Montenot
Notez
Lu 74 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes


Recherche
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Viadeo

google-site-verification=zBXM1P-AZGEjk_uTepWbjj72lctplg2-eEDlKQ25ZtI