Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

La genèse du cinéma : le fonctionnement des salles, d’hier à aujourd’hui


La France est le pays d’Europe qui propose le plus grand nombre de salles de cinéma, suivie de près par l'Allemagne et le Royaume-Uni. En 2020 la France compte 2 041 établissements actifs, 6 127 écrans et 1 138 530 fauteuils. (source : CNC)

Le cinéma est reconnu comme représentant du septième art. À l’origine connu pour être un divertissement, ces nombreuses interprétations l’ont fait grimper au rang d’art et ne cessent de surprendre tous ceux qui l’apprécient.

Son histoire commence en 1891 alors que la société Edison a réussi à faire une première démonstration publique d'un prototype de kinétoscope (appareil qui permettait de voir des images en mouvement). Les frères Lumière sont les premiers à présenter des images animées projetées à un public payant, on leur attribue donc la création du cinéma. Leur appareil permet de projeter des images animées mais aussi de filmer. 

Les tout premiers films projetés comprenaient des scènes d’activités locales ou d'actualités, des paysages étrangers ou encore de courtes comédies. Les dialogues n’étaient pas synchronisés mais les films n’étaient pas pour autant muets comme on a pu le croire. 

Dans les années 1930 et 1940, on assiste à l’apparition des couleurs et le cinéma est la principale forme de divertissement populaire. Les consommateurs se rendent en moyenne deux fois par semaine en salle. Des « super » cinémas ou «Picture palaces» ornés, offrant des installations supplémentaires telles que des cafés et des salles de bal, apparaissent dans les villes. 

La France est le berceau du cinéma et elle en est très fière : le cinéma est devenu une passion nationale. Dans les années 50’, le succès d'un film se mesurait, non pas en fonction de ses recettes, mais en fonction de l'efficacité avec laquelle le message ou la vision du réalisateur était transmis au spectateur.

Au cours des 20 dernières années, la production cinématographique a été profondément modifiée par l'impact des progrès rapides de la technologie numérique. Les cinémas ont investi dans des installations de projection numérique capables de produire des images sur écran qui rivalisent avec la netteté, les détails et la luminosité des projections traditionnelles.

Ces dernières années, on a assisté à un regain d'intérêt pour les films en 3D, suscité par la disponibilité de la technologie numérique.  La crise sanitaire a touché le monde entier et a fait beaucoup de dégâts, notamment dans le monde de la culture. En juin 2020 à la sortie du premier confinement, les pertes de ce milieu s'élèvent à plusieurs centaines de millions d’euros. Ces chiffres sont d’autant plus spectaculaires qu’en 2019, le cinéma a connu sa meilleure année depuis 1966 avec 213 millions d’entrées comptabilisées. Les cinémas ont d’ailleurs pu réinvestir leurs gains dans de nouveaux équipements, soit 188 nouveaux écrans à travers la France. 

La genèse du cinéma : le fonctionnement des salles, d’hier à aujourd’hui
Les expériences clients actuelles, l’avis des consommateurs

La France est le quatrième pays le plus équipé au monde derrière les Etats-Unis, l’Inde et la Chine. Cependant, on constate que les jeunes se rendent de moins en moins au cinéma. La fréquentation dans les salles de cinéma et de spectacle vivant en ce début d'année 2022 montre une baisse de fréquentation d'environ 25% par rapport à la même période avant la crise sanitaire, d’après l’ancienne ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

    Avant de continuer l’analyse de l’expérience client actuelle, nous allons définir les termes. Dans le texte, La Boîte à outils de l'expérience client écrit par Chabry Laurence, Gillet-Goinard Florence, Jourdan Raphaëlle, l’expérience client est définie comme étant “ce que vit et ce que ressent le client avant, pendant et après l’acquisition et l’utilisation d’un bien ou service. C’est le résultat des interactions vécues avec la marque et mémorisées”.

    Ce que les clients viennent chercher, c’est le plaisir de bénéficier d’une atmosphère avec un écran géant, un son qualitatif et des lumières. C’est aussi une ambiance et un partage des émotions (avec la tristesse, la peur, la joie) que l’on ressent avec les spectateurs qui regardent le même film. À l’origine, les cinémas étaient très différents les uns des autres: certains cinémas avaient un écran plus qualitatif que d’autres, la disposition des sièges étaient différentes, le thème aussi pouvait varier. Ce n’est plus une façon pour les cinémas de se différencier. Il y a eu une évolution des attentes des consommateurs. De nos jours, ils peuvent réserver directement leurs places sur internet et choisir leur placement. 

    Afin de se différencier, les cinémas ont mis en place des systèmes de fidélité. Le mot d’ordre du cinéma est l’adaptabilité à ses clients. À travers, l’accueil clients, l’aspect relationnel, et l’organisation d'événements et d’animations exclusifs. Cela permet de dynamiser aussi les moments creux qu’ils peut y avoir la semaine dans les cinémas. Il y a aussi une innovation autour du cinéma que ce soit avec 3D, 4DX, Imax, Réalité virtuelle (fort impact pour l’émotion et l’immersion dans un espace), Film interactif, Écran 270°.  

    Nous avons alors demandé l’avis des consommateurs, les plus concernés par la potentielle évolution du cinéma dans les années à venir. Nos interrogés mettent en lumière différentes expériences qu’ils ont particulièrement appréciées dans les cinémas. Ce sont des expériences interactives ou immersives. Parmi les idées exprimées : 

Les ciné-débats : C’est une séance d’un film engagé sur un sujet précis, et le film est suivi par un échange entre des membres d’une association ou aux réalisateurs du film. Les spectateurs ont donc la possibilité de poser des questions aux intervenants pour avoir des compléments d’informations ou simplement pour préciser le sujet abordé pendant la séance.
Les séances à 180 ou 360 degrés : L’immersion totale dans les films avec des sièges inclinés, des plateformes tournantes… Cela s'inclut dans le cinéma expérientiel.

Les ciné-piscines : Une séance projetée directement à l'intérieur d’une piscine. Pour cela il serait nécessaire de mettre en place un partenariat entre un cinéma et un établissement de bain.

Les cinémas en plein air : Très utiles pour favoriser l’accès aux cinémas dans les milieux ruraux. Ils peuvent être sur des chaises comme organisé récemment aux Champs Élysées à Paris ou en drive-in où chaque personne est installée dans sa voiture et suit le son via la radio.

Les séances mystères : Les personnes les plus téméraires oseront venir payer pour passer un moment devant un film choisi au hasard parmi les programmateurs du cinéma… Il serait sélectionné parmi les projections du moment ou les plus gros succès du cinéma !

La genèse du cinéma : le fonctionnement des salles, d’hier à aujourd’hui
L’audiovisuel, un secteur concurrentiel

​Ces dernières années, le cinéma fait face à la montée en puissance des plateformes en ligne. L’arrivée sur le marché de ses plateformes a fait chuter les fréquentations des cinémas, accentuée par une large diffusion de films directement sur la télévision ou sur les ordinateurs des foyers français. Peu coûteuses, les plateformes de streaming permettent à toute la famille et les amis de partager des séances cinématographiques à la maison.

Les salles de cinéma ont vu une bonne partie des sorties des films retardées en raison de la réouverture tardive des salles de cinéma à cause de la crise de la COVID-19. Si la date de sortie n’était pas repoussée, certaines réalisations ont été directement diffusées par les plateformes de streaming média. En effet, la crise du Covid qui a fermé les cinémas a provoqué d'énormes pénuries, entraînant un manque à gagner considérable pour les exploitants. La France n'est pas un grand utilisateur de plateformes vidéo, mais quand les cinémas sont fermés et que les divertissements manquent, Netflix, Amazon Prime et d'autres sites qui proposent des films et des séries ont vu leur nombre d’abonnés s'envoler. En 2020 et avant le premier confinement, seuls 30% des Français utilisaient le streaming, aujourd'hui nous sommes à plus de 89%.

    Netflix, Amazon Prime Vidéo et HBO sont des services historiques, Disney+ est le dernier sur le secteur du streaming vidéo, suivi de près par Apple TV+.

La genèse du cinéma : le fonctionnement des salles, d’hier à aujourd’hui
Le cinéma en France

Le modèle du cinéma français est né de plusieurs événements : la mise en place des ciné-clubs dans les années 20’ étaient destinés aux cinéphiles ou à ceux qui souhaitaient le devenir. Les soirées au ciné-club permettaient des débats et échanges à propos des films projetés. Ces rencontres étaient organisées dans un but social, et a donné naissance à un regroupement de cinémas d’arts et essais nommé l’AFCAE pour Association française des cinémas d’art et essais.

La cinémathèque française est aussi connue dans le monde entier et différencie le cinéma français des autres modèles de cinéma. Créée à Paris dans les années 30’ et gérée par Henri Langlois, elle était un modèle de la culture cinématographique et était reconnue comme une sorte d’école de cinéma pour ceux qui cherchaient à augmenter leur savoir sur le sujet. C’est ce qui a aidé le cinéma à s’élever au rang d’art. 

Dans les années 50’, les revues de cinéma nommées Les Cahiers du cinéma et Positif sont des magazines qui mettent à l’honneur le “cinéma d'auteur”, terme inventé à cette époque pour décrire les films indépendants qui permettent à son auteur de présenter son univers artistique. Ces revues sont reconnues et beaucoup lues, elles ont participé au développement du cinéma français.

Aujourd’hui, la fidélisation est au cœur des préoccupations des cinémas, avec la vente de confiseries qui sont très rentables. Les cinémas Pathé suppriment d’ailleurs petit à petit les tarifs réduits pour les personnes qui ne consomment pas de confiseries (les séniors, les tarifs réduits…). Avec UGC, ils se lancent dans les cartes d’abonnements pour les places de cinémas et proposent ainsi des avantages à leurs clients les plus fidèles. En parallèle, le groupe américain AMC, qui n’est pas installé en France, fait payer un supplément pour les films à gros budget. Pour avoir l'opportunité de voir un MARVEL ou un grosse production dans les conditions optimales du cinéma, il faut ajouter quelques dollars à son tarif habituel.

“L’expérience en salle est unique. Les plus grands succès en Vod sont généralement des films qui ont eu un grand succès en salle. Pendant la crise sanitaire, nous avons proposé des films directement sur notre plateforme, mais les scores ont été catastrophiques, car ils n’ont pas bénéficié de la promotion habituelle des sorties en salles.”

Denis Rostein - directeur général de UniversCiné, plateforme de streaming pour les amoureux du 7ème art.

Le cinéma dans le monde

​La France n’a pas à rougir de ses équipements cinématographiques. Elle possède 6 114 écrans. Au niveau européen, la France est le leader des installations de cinéma devant la Russie et l’Italie. Elle se place en 4ème position au niveau international des pays les mieux équipés derrière les Etats-Unis, l’Inde et la Chine.

Jusqu’en 2019, l’industrie cinématographique mondiale était dominée par les Etats-Unis et son industrie qui représentent 73% des revenus du top 50 des acteurs audiovisuels dans le monde soit 422 milliards d’euros. La Chine a aussi fait récemment son entrée dans ce top 50 avec 5% des revenus soit 28 milliards d’euros. La montée en puissance de ces 2 pays se fait au détriment du Japon qui perd 3 points de pourcentage. L'Europe perd 10 points de pourcentage par rapport à 2011 et ne représente que 10% des revenus du cinéma mondial soit 55 milliards d’euros. 

Plus globalement, c’est le marché de l’audiovisuel en Union Européenne qui est en ralentissement depuis de nombreuses années. Le COVID 19 n’a fait qu’amplifier cette tendance. Malgré un taux de croissance de 1,6% entre 2015 et 2019, le marché global de l’audiovisuel est en stagnation. Pourtant, le nombre total de salles de cinéma en Union Européenne est estimé à 34 181, un chiffre en augmentation depuis 2015. Les tendances d’entrées en salle sont aussi en perte de vitesse. Les films européens ont réalisé 444 millions d’entrées à l’international en 2019 soit 24 millions d'entrées en moins qu’en 2018. 

L’environnement incertain aura desservi quelques cinémas mais cela aura aussi été l’occasion pour d’autres de creuser l’écart. La Chine a su tirer son épingle du jeu avec une très bonne gestion de la pandémie avec ses 80 000 salles de cinéma. Grâce à des recettes de ventes de billets à plus de 1, 988 milliards de dollars en 2020, le cinéma chinois a dépassé le leader américain qui a réalisé 1,937 milliards de dollars de recettes dans ces 41 000 salles de cinéma. La Chine est en train de réaliser un coup de maître pour devenir le leader mondial de l’industrie du cinéma. Cette tendance reste à confirmer car la Chine risque de fermer 40% de ses cinémas chinois suite à l’impact du COVID 19 qui se prolonge dans ce pays. 

L’industrie européenne du cinéma peine à rivaliser face au mastodonte de l’industrie hollywoodienne et chinoise. La France fait figure de leader en Union Européenne grâce notamment à des aides nationales et européennes qui lui permettent de limiter les écarts avec le pays outre Atlantique. Le cinéma européen peine à s’accorder entre les différentes productions nationales. La Commission Européenne tente de promouvoir et de soutenir le secteur de l’audiovisuel en Union Européenne notamment avec son aide Creative Europe Media pour faire bloc face aux puissances chinoises et américaines.

Les stratégies des cinémas

​Aujourd’hui, une partie de la stratégie des grands groupes repose sur la différenciation afin de développer un avantage concurrentiel face aux plateformes SVOD. Cela passe par la montée en gamme des équipements (notamment de projection) et la mise en place de nouveaux services. En effet, chaque année, le CNC répertorie plus de 50 projets d’aménagement (rénovation ou agrandissement) de salles de cinéma. (Xerfi, 2021). Par exemple, nous avons pu observer la mise en place d’offres inédites comme la création d’une “séance super fan” par le groupe Kinepolis dans le but d'événementialiser les séances en proposant des animations surprises lors de certaines projections ou encore le développement d’une offre de privatisation de salle de cinéma pour jouer aux jeux vidéo, baptisée “Kinepolis Play”.

L’internationalisation fait également partie des stratégies mises en place par les grands groupes. Le groupe Pathé et son implantation récente au Sénégal, septembre 2021, en est l'exemple type. Avec l’ouverture d’un cinéma de 5 000 m2 doté de 7 salles (dont une équipée du système 4DX), le groupe souhaite développer des parts de marché sur de nouveaux continents et proposer une offre inédite car ce complexe représente le plus grand cinéma implanté en Afrique de l’Ouest à ce jour.

Par ailleurs, l’offre proposée par les grands groupes se veut transnationale comparée aux cinémas indépendants. Cela permet de développer une stratégie compétitive efficace et viable pour les producteurs comme pour les diffuseurs. Cette stratégie permet également de toucher une cible plus large avec des programmations diverses et variées allant des dessins animés aux blockbusters. 

Quant à eux, les cinémas indépendants ont un impact indéniable sur l’écosystème cinématographique et la culture en général. Ils ont également un impact sur les territoires. En effet, ils participent au développement économique local et permettent aux communautés de se rassembler pour partager un moment convivial. Le cinéma indépendant fédère.

Sa stratégie s’axe sur la focalisation plus que sur la différenciation car la cible touchée est étroite. Grâce à la proposition de films indépendants réalisés par des productions nationales, les salles indépendantes peuvent ainsi développer un avantage concurrentiel comparé aux grands groupes.

Une stratégie commune aux deux structures est le développement des parties bar et restauration qui représentent un revenu conséquent pour les cinémas. En effet, près de 60% des cinémas détiennent un bar, 42% un café et 23% un restaurant. En moyenne, la restauration pèse pour 12% des revenus de la salle. (Xerfi, 2021). Il est donc indispensable pour les salles de développer une partie restauration rapide afin de développer son panier moyen et d’apporter de la valeur à son offre.

Le point de vue des professionnels

​Dans le cadre de notre étude, nous avons rencontré un acteur du milieu professionnel du cinéma, il s’agit d’un des dirigeants du Ciné Jaude, situé en centre ville de Clermont. Nous lui avons demandé son avis sur la baisse de fréquentation observée et surtout sur les solutions proposées par les clients que nous avions interrogés.

Les services les plus facilement accessibles sont liés à la nourriture et à la variété des boissons mais il faut demander une compensation financière aux clients, à savoir qu’un cinéma touche 40% du montant d’un ticket de cinéma. La location de salles est une pratique déjà vendue par les cinémas mais peu mise en avant. Les principaux bénéficiaires sont les comités d’entreprises dans le cadre de la diffusion d’une séance exclusive, ou d’un partenariat. Cette pratique peut difficilement être démocratisée et plaire aux particuliers car la capacité des salles est trop importante : la plus petite salle du ciné Jaude peut contenir 59 places et la plus grande 208. 

Au sujet du confort des salles, les fauteuils ont tous déjà été changés dans les cinémas de Clermont récemment.
Le prix des places ne cessent d’augmenter et encore plus rapidement, notamment depuis le confinement. Si cette décision est justifiée par la volonté de vouloir compenser les pertes liées au COVID, le responsable du cinéma pense que la hausse des prix n'attire personne de nouveaux dans les salles, bien au contraire. 

Il y a malheureusement beaucoup (trop) de cinémas à Clermont et chaque multiplexe a sa spécialité. Le cinéma expérientiel existe déjà dans ces multiplexes avec des offres comme la 4DX (lumières, ambiances, odeurs, mouvements…), l’IMAX (écran plus grand, lumière plus puissante, meilleur son), ICE (lumières sur les murs).

Aujourd’hui, la solution qui semble la plus efficace pour attirer les consommateurs dans les salles plus que dans leurs  salons serait de vendre les billets moins chers, ou du moins à un tarif plus compétitif avec les offres de streaming. Aujourd’hui, les prix proposés pour les salles pour un tarif normal est de 12€ pour un film contre environ 8€ pour une offre de streaming illimité. Cela semble dérisoire compte-tenu de la variété de l’offre proposée en ligne, surtout quand on peut ajouter une technologie élaborée chez soi. En plus de cela, les maisons de production proposent en exclusivité leurs nouveaux films sur leur plateforme, ce qui dessert vraiment les salles de cinéma.

Le monde continue d’affluer pour les grosses productions : Spider Man, Docteur Strange, Top Gun… Les salles sont aujourd’hui en difficulté pour garder leur clientèle donc le grand investissement que cela demande serait un gros risque à court terme, du point de vue du responsable interviewé. Il y a aussi peu de demandes actuellement pour des mises en place un peu originales.

“Il y a aujourd’hui un problème de l’offre : il n’y a pas assez de films attractifs en salle pour chaque catégorie de public, notamment à cause de la crise sanitaire aux Etats-Unis, qui retarde les sorties. Je ne crois pas non plus à la disparition des salles, qu’on nous annonce depuis des années : il n’y a que des expériences complémentaires.”  - Claude Forest - Professeur émérite en économie du cinéma. L’offre pourrait donc être plus diversifiée en termes de programmation et aussi de conditions de visionnage. La diversification permettrait au public de ne pas se lasser.

“Je ne suis pas convaincue que les dispositions prises aujourd’hui soient très salutaires : il faut avant tout protéger les petits acteurs et la diversité culturelle. La concurrence n’est pas véritablement entre les plateformes de streaming et les salles, mais entre gros acteurs et petits acteurs. Les pouvoirs publics ont une responsabilité face à ceux qui connaissent le plus de difficultés. Il faut maintenir l’entièreté de la filière, pas juste un oligopole.” - Chloé Delaporte - Enseignante-chercheuse en socio économie du cinéma et de l’audiovisuel. Les cinémas de Clermont-Ferrand sont en vente et les prix des places ne cessent d’augmenter. La stratégie ne semble pas être adaptée à la situation et les cinémas fonctionnent individuellement. S’ils essaient de s’entraider et de trouver un accord sur les programmations, cela concentrerait la demande sur une seule offre et le cinéma serait plus rentable.

Finalement, un nouveau plan de communication sur les avantages du cinéma puis l’organisation de soirées événements, à thèmes, avant-premières avec plus d’invités et d'avantages pour les clients pourraient attirer les clients et relancer la dynamique cinématographique.

Où s'orienter pour l’avenir ? 

​Au-delà des personnes qui ne peuvent pas se rendre dans les cinémas, certains n’aiment tout simplement pas l’expérience. Dans nos réponses, nous avons identifié ces profils, 15% de nos interrogés en font partie. 

La plupart n'aiment pas l’affluence et l’expérience trop impersonnelle comparée à un film dans son canapé. En effet, le monde amène souvent des sièges mal entretenus et provoquent des nuisances sonores durant les films. 
Le prix des places et les horaires des séances non adaptés est aussi un critère qui empêchent les gens de venir car les étudiants n’ont plus les moyens de venir régulièrement. L’objectif du film “sortie entre amis” n’est plus envisageable quand on doit payer sa place trop chère.

Beaucoup se plaignent de la mauvaise qualité de la nourriture et du peu de diversité que les cinémas proposent. Ils voudraient, s’ils viennent, pouvoir trouver plus de confort et de choix dans les options proposées.

Pour les cinéphiles qui identifient des points d’amélioration : 
Les habitués des salles obscures ont tout de même des points d’amélioration à recommander à leur cinéma habituel. En effet, l’attente à l’accueil liée à la nouvelle mise en place de présélection des sièges est un réel frein. Le confort des sièges serait aussi à revoir car beaucoup aimeraient avoir la possibilité d’allonger ses jambes pour profiter d’un meilleur confort. Tous sont d’accord pour relever le bruit dans les salles lié aux incessants bavardages des clients. La climatisation n’est pas forcément adaptée au nombre de personnes dans les salles qui sont souvent trop climatisées. Pour finir, ils trouvent la nourriture et les boissons peu diversifiées. 

La genèse du cinéma : le fonctionnement des salles, d’hier à aujourd’hui
Pour attirer de nouveaux clients

Si l’on étudie alors les réponses des clients du cinéma qui souhaitent passer une bonne soirée entre amis autour d’un bon film, on retiendra ces suggestions orientées autour de la dynamisation du rituel cinématographique : dans l’esprit de Kinepolis qui met à disposition des salles pour les gamers, certaines personnes souhaiteraient avoir la possibilité de privatiser une salle pour profiter du film avec les gens qu’ils apprécient. Ce serait certe des plus petites salles, et les locataires seraient libres de profiter du film comme ils le souhaitent. D’autres imaginent un cinéma plus attractif en ajoutant des éléments externes à l’écran pour permettre au spectateur de vivre le film avec les personnages. 
Sur le cinéma expérientiel, nous relevons plusieurs idées : des films diffusés en plein air, des odeurs et sensations diffusées dans la salle permettraient une immersion totale dans l’ambiance du film, le spectateur a alors vraiment l’impression de vivre le film et d’être proche des personnages. Il s’agit ici de faire du cinéma une expérience forte presque digne d’une attraction.

Ensuite, beaucoup de clients proposent de rendre les salles de cinémas plus cocooning, “comme à la maison”, et ainsi pouvoir se sentir plus détendus. Il s'agirait ici de pouvoir incliner les sièges et surtout de pouvoir allonger ses jambes. Les plus ambitieux sont prêts à payer un supplément pour un siège massant. La séance de cinéma deviendrait plus reposante et bien plus confortable. On ne viendrait plus seulement voir un film mais surtout passer un bon moment de détente. À cela nous ajouterions des plaids et surtout, une séparation totale avec les autres spectateurs. Il est important pour ces spectateurs de ne pas être dérangés par les autres personnes que ce soit d’un point de vue auditif (bruit de mastication, toux) ou visuel (personnes grandes devant, ou des personnes qui bougent beaucoup). Revient aussi plusieurs fois le souci de la place pour poser ses affaires, ou pour manger ses sucreries sur un petit espace dédié. De toutes ces propositions, on comprend que le cinéma manque de confort et/ou d’individualisme. La confrontation avec le public n’est plus forcément appréciée aujourd'hui car le cinéma n’est plus un lieu de rencontre. Certains d’ailleurs recommandent un coin buvette pour échanger entre cinéphiles.

Les jeunes parents sont gênés par leurs enfants et le manque de possibilité pour les faire garder. Lors d’une sortie en ville par exemple, ils aimeraient avoir la possibilité de les confier à une organisation spécialisée (garderies) pour pouvoir profiter d'un moment entre adultes.

Nous avons aussi plusieurs personnes qui revendiquent les soirées dîner/spectacle avec la possibilité de pouvoir manger un vrai repas ou boire un verre  devant la diffusion d’un film. 

Pour profiter de ces services premiums, les prospects sont prêts à payer plus cher : 40€ pour la mise à disposition d’une salle, 15€ (ou un supplément de 2€) pour des plaids et des sièges amovibles (qui s’allongent, qui possèdent des reposes-pieds), 50€ pour l’accès à un siège massant, un étudiant (qui bénéficie d’un tarif réduit dans les cinémas) envisage de doubler son tarif pour bénéficier d’un coin isolé du bruit alentour, une offre spécial couple ou un espace plus intime.

Conclusion

Pour résumer, les clients attendent des animations, de la diversité, la possibilité de pouvoir varier leur expérience cinéma en fonction de leur envie du jour. Les consommateurs, comme dans tous les domaines, veulent être stimulés par des nouveautés, des surprises, des choses qui les sortent de leur quotidien. Bien que tous les points de vue se rejoignent sur les points de friction à améliorer, le cinéma reste un art qui regorge de richesses à aller découvrir, depuis son canapé ou dans l’obscurité d’une salle.
 
Etudiantes Groupe ESC Clermont-Ferrand (MGE 3 ALT. Master in Management) :
Salomé Grégoire
Girard Lou Ana
Jacquet Eloise
Ginon Marie-Anais
Cheze Lauryne
Harrak Fatima-Ezzahra

Houkim Jihane
 
Bibliographie 

https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/streaming-ou-salles-obscures-ou-est-lavenir-du-cinema 
https://www.cnc.fr/professionnels/frequentation-cinematographique--annee-2020_1382389 
https://retourverslecinema.com/le-cinema-en-chiffres/
https://www.cnc.fr/cinema/etudes-et-rapports/statistiques/geolocalisation-des-cinemas-actifs-en-france
https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/12/30/le-cinema-realise-sa-meilleure-annee-depuis-1966-avec-plus-de-213-millions-d-entrees_6024418_3246.html
https://journals.openedition.org/1895/5035#xd_co_f=OGY5ZTEzYjItNWQ1MC00NTQ0LWFiYTctYmI1YWI5ZDQ5NTg2~ 
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/06/23/le-cinema-face-au-defi-de-l-apres-pandemie-de-covid-19_6043900_3232.html
https://madame.lefigaro.fr/celebrites/cinema-y-a-t-il-un-avenir-dans-la-salle-180121-194505
https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-l-industrie-du-cinema/2-les-problemes-economiques-souleves/
https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/streaming-ou-salles-obscures-ou-est-lavenir-du-cinema
https://www.lesinrocks.com/cinema/voici-13-plateformes-de-streaming-qui-mettent-le-cinema-dauteur-a-lhonneur-157274-15-02-2021/
https://www.maddyness.com/2021/06/30/apres-la-reprise-quel-avenir-pour-lindustrie-du-cinema/#:~:text=Je%20suis%20convaincu%20que%20le,et%20l'Acc%C3%A9l%C3%A9rateur%20Cin%C3%A9ma%20Audiovisuel.
https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/dans-quel-etat-le-monde-de-la-culture-sortira-t-il-de-la-crise-4-le-cinema
https://hitek.fr/actualite/co-directeur-netflix-avenir-cinema-streaming_28334
https://www.youtube.com/watch?v=3O7H1j4NrCo
https://hitek.fr/actualite/co-directeur-netflix-avenir-cinema-streaming_28334 
https://blogs.mediapart.fr/antoineglemain/blog/300621/quel-avenir-pour-les-salles-de-cinema-art-et-essairecherche-en-france 
https://www.iletaitunefoislecinema.com/le-cinema-americain-a-lassaut-du-monde/
https://dirprodformations.fr/wp-content/uploads/2021/08/Les-principaux-chiffres-cles-du-cinema-2020.pdf
https://www.lepoint.fr/monde/les-etats-unis-ne-sont-plus-le-premier-marche-mondial-du-cinema-20-10-2020-2397200_24.php 
https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2013-2-page-155.htm

Salomé GRÉGOIRE
Notez
Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes


Recherche
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Viadeo

google-site-verification=zBXM1P-AZGEjk_uTepWbjj72lctplg2-eEDlKQ25ZtI