Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

La donnée, moteur de croissance ou abus de confiance ?


La donnée le nouvel or noir des entreprises

La donnée, moteur de croissance ou abus de confiance ?
500 ans plus tôt émergeait en France la haute renaissance française avec le couronnement de François Premier, et aujourd'hui toutes les conditions sont réunies pour une nouvelle renaissance, de même que la première renaissance était à la conjonction de redécouverte de l'Amérique, ainsi caractérisé par de grandes découvertes médicales et finalement la redécouverte de l'imprimerie par Gutenberg en Europe.

Dans notre époque, comme équivalent aux découvertes géographiques de l’Amérique, on a les découvertes spatiales, et puis à l'équivalent des grandes découvertes médicales de la renaissance on a les neurosciences ; pour la première fois depuis 15000 ans l'être humain commence à comprendre comment le cerveau fonctionne. Finalement, on a bien évidemment internet qui est beaucoup plus importante dans la vie humaine que l'imprimerie, elle change bien plus l'humanité au niveau sociale que toute autre invention.

En se basant sur les données client, internet est devenu comme un plat bien cuisiné ciblant les utilisateurs selon les goûts et les désirs.

Imaginer une économie dont la ressource est infinie, imaginer une économie où un et un font trois, imaginer une économie où chacun a du pouvoir d'achat, et bien c'est l'économie de la donnée.

Le pétrole n'est pas infini, le gaz naturel non plus, même le blé ce n'est pas infini. Alors si on cherche une croissance infinie en se basant sur des ressources finis on va sûrement se planter ; Nous savons aujourd'hui que nous utilisons par an 1.8 fois la planète terre pour les ressources halieutique, et nous savons aussi que nos écosystèmes sont gravement impactés par nos activités industrielles.

Si on partage une matière première on la divise, mais si on partage une donnée on la multiplie ; Et bien donc on pourrait avoir une économie de croissance infinie avec la donnée qui est le nouvel or noir des entreprises du 21e siècle.

De nos jours un fichier de données qualifiées vaut beaucoup plus qu'un baril de pétrole, l'exemple le plus significatif est celui de Facebook qui a une capitalisation boursière supérieure à celle de Total qui est une entreprise pétrolière fondée depuis 1924.

Supposons que la donnée est un chien berger. Tout d’abord, le chien peut à la fois ramener le courrier et mordre le facteur, tout dépend de son maître. Ensuite le chien berger n’a pas éliminé le métier de berger, mais il lui a permis plus de ôet d’efficience dans son activité. C’est bien le cas pour la donnée ; on peut l’utiliser afin de créer plus de valeur tout en respectant la vie privée des utilisateurs, comme on peut abuser de leur confiance et détourner leurs informations contre eux.
 

Dans quelle mesure les données peuvent créer de la croissance pour les entreprises ?

- Le marketing axé sur les données
Le marketing axé sur les données est passé d'une approche novatrice à un élément fondamental de la publicité et de la stratégie commerciale.
Celui-ci fait référence à des stratégies fondées sur l'analyse de gros volume de données, recueillies par des interactions avec les consommateurs. Cela permet d'établir des prédictions sur les comportements futurs. Cela implique de comprendre les données que l’on peut obtenir et de les organiser, les analyser et les appliquer à de meilleurs efforts de marketing.
Bien qu'il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les entreprises utilisent le marketing axé sur les données, le plus souvent, son objectif est d'améliorer et de personnaliser l'expérience client. Pour plus de clarté sur le sujet, nous avons décrit les principaux avantages et les défis communs du marketing axé sur les données, en plus d'exemples d'applications.
 
- Les avantages du marketing basé sur les données
  • Marketing personnalisé
Il est essentiel que les entreprises transmettent le bon message, au bon public, au bon moment. Le marketing axé sur les données permet aux marques de créer une campagne personnalisée qui convertit les leads grâce à une meilleure compréhension du profil du client.
 
  • Expérience multi-canal
Il est possible de tirer parti des données pour étendre la portée de leurs activités sur plusieurs réseaux et faire en sorte que la communication ne se limite pas aux seuls outils numériques mais également aux points de vente physique. La centralisation des données permet une meilleur expérience utilisateur et une meilleure connaissance des clients.
 
  • Expérience client optimisée
L’analyse des données permet d’optimiser l’UX (User eXperience) de chaque utilisateur et de la rendre unique. La plupart des réseaux sociaux l’utilise pour la création de feed client personnalisé. Elle peut être utilisé aussi en E-commerce pour proposer des produits susceptibles d’intéresser les clients. Le but étant de maximiser le taux de conversion.
  • Meilleur développement de produits
Le marketing axé sur les données réduit considérablement les taux d'échec des produits. Les entreprises peuvent établir une meilleure compréhension de leurs publics cibles, ce qui mène au développement de produits mieux adaptés à ce marché particulier.
 

Exemples de marketing axé sur les données :

 
  • Le retargeting
Le reciblage à un fort potentiel de conversion. Si quelqu'un a déjà acheté sur un site de E-commerce, ou a montré un intérêt significatif, pourquoi ne pas le chercher à nouveau ? Supposons qu'un utilisateur a récemment réservé un voyage dans le Sud de la France. À partir de ces données, il est possible d’automatiquement lui offrir des offres pertinentes sur des sortie de Jet Ski, d’hébergement, des billets d'avion et d'autres idées de vacances qui pourraient intéresser cet utilisateur.
 
  • Publicité dynamique
Utilisez les médias sociaux en créant des annonces sur Facebook, Twitter et Instagram.  En transformant les médias sociaux en canaux de communication bidirectionnels, cela permet de recueillir des informations précieuses sur les clients actuels et potentiels.
 
  • Recherche payante optimisée (SEA)
Analyser les types de mots-clés recherchés par les clients, et considérer également ceux de la concurrence. Tirer parti de ces données pour se positionner en tête des résultats de recherche les plus pertinents et générer un trafic précieux vers le site Web.
 
  • Campagne de Mass Mail
Aujourd'hui de nombreux outils sont disponible pour utiliser les bases de données d’email de façon efficiente. Il est facile de personnaliser facilement les messages afin d'établir des connexions personnalisées avec chaque client.
 
  • Relation WinWin
L'avenir reste très prometteur pour le marketing axé sur les données. Avec le marketing prédictif et l'intelligence artificielle, les solutions basées sur les données sont en train de devenir une partie essentielle des campagnes marketing réussies. Cela est dû en grande partie aux besoins progressifs des clients et à leurs attentes en matière d'expériences plus personnalisées. L’expérience client étant au cœur de ces défis à la fois dans l’amélioration de l’expériences des produits et services, du SAV et des publicité moins invasive et plus cohérente avec les réels besoins des clients.
 

Etude de cas : Walmart

Wal-mart Stores Inc. est une chaîne de magasins de grande distribution, présente à l’international. Aujourd'hui, l’entreprise possède 11 000 magasins, dont une grande majorité qui sont implantés aux Etats-Unis, Amérique Latine, Canada et Chine. Le premier magasin a été ouvert par Sam Walton en 1962 dans l’Arkansas. Son objectif était d’associer producteurs et fournisseurs afin de réduire les prix pour que les consommateurs puissent en profiter. (Source : Andlil Tarder inside).
 
L’entreprise Walmart est un bon exemple de l’utilisation des données afin de créer de la croissance. Walton, puis David Glass son successeur, ont investi dans un logiciel capable de suivre en temps réel le comportement des clients grâce aux codes-barres scannés en caisse. Avec toutes ces données partagées avec ses fournisseurs, l’entreprise a pu asseoir ses décisions auprès des fournisseurs. Ce n’étaient donc plus les fabricants qui avaient le dernier mot concernant les prix, volumes, délais de livraison, la qualité des produits et le conditionnement. Cela a été possible car les données recueillies permettaient à Walmart de connaître les habitudes des consommateurs, ce qu’ils acceptaient d’acheter, les promotions qui les intéressaient le plus… En plus de tout cela, l’entreprise fournit des données concernant ses ventes et ses stocks, moyennant finance (le service Retail Link). (Source : Bill Schmarzo)

- Production - Logistique
  • Recherche
Depuis les débuts du capitalisme moderne, les gains de productivité et de compétitivité sont au centre des préoccupations stratégiques des entreprises et de l'économie mondiale. Depuis des décennies, les innovations technologiques des machines ou les innovations de procédés humains permettent de répondre aux problématiques d’accroissement de productivité et de compétitivité des entreprises. Dans l’industrie, le modèle d’organisation de Henri Ford a notamment révolutionné au début du 20e siècle la production des usines automobiles, la division du travail et le travail à la chaîne furent une véritable révolution pour accroître la productivité du secteur industriel.
 
Aujourd'hui, dans un contexte de mondialisation, ou les acteurs économiques privées les plus puissants sont ceux qui détiennent et exploitent le volume le plus important de data, la valorisation des données pour l’optimisation de la productivité représente un enjeu majeur dans l’ensemble des secteurs économiques. Si bien, que d'après une étude Accenture, d’ici à une quinzaine d'année les gains de productivité procurer par le traitement des données et l'intelligence artificielle seraient de l’ordre de 40% (1) et cela appliqué à l’ensemble de la production humaine. Il s’agit donc potentiellement d’une révolution majeure sans précédent technologique d’une envergure telle que les révolutions technologiques de la deuxième révolution industrielle comme l'électricité ou le moteur a explosion. La non-exploitation des données et la non-adoption des technologies qui en découlent pourraient même être dans le futur un facteur de disparition majeur des entreprises qui resteraient attachés aux technologies et au management du 20e siècle.
 
Afin de comprendre plus concrètement les rouages de l’exploitation et de la valorisation des données dans une entreprise, nous avons eu la chance de récolter le témoignage d'Antoine Arnault, Data Ingénieur.
 
Antoine est un jeune data scientist diplômé de Polytechnique, a fait ses armes dans une prestigieuse entreprise américaine spécialisée dans l'analyse des données. Antoine, dans son témoignage nous a notamment fait part d'un projet où il a pu travailler à l’optimisation de ligne de production d’un constructeur aéronautique.
 
  • Analyse terrain : cas constructeur aéronautique - Témoignage d'Antoine Arnault
Antoine a travaillé sur un projet d’optimisation des données de plusieurs lignes de production et d’assemblage. Les pièces des avions étant essentiellement fabriquées en Europe ou pour certaines dans le reste du monde, plusieurs usines se partagent donc la production de pièces destinées à l’assemblage d’un même modèle. Dans un souci d’optimisation de la production et de la logistique chaque usine travaille parallèlement pour envoyer les différentes pièces sur la ligne d’assemblage finale dans des délais et des conditions impartis. Dès lors que des équipes travaillent en parallèle sur des sites différents qui se doivent d'être coordonnés, on convient alors qu'il existe au moins un ordre idéal dans lequel les capacités de production seront optimales. 
 
La finalité du projet ou Antoine intervient est donc de pouvoir optimiser l'ordre des tâches et la coordination des différentes lignes de production. Afin de trouver l’ordre optimal pour acheminer la matière première, produire, assembler et expédier les pièces, son équipe et lui-même doivent pouvoir émettre l'hypothèse qu’il est possible de comparer l’ensemble de ces tâches entres elles. Ils doivent donc uniformiser les données qui décrivent les tâches pour créer un format unique exploitant l’ensemble des données intrinsèque de chaque tâche. L'étape suivante est l’application d’un algorithme qui compare et calcul sous le même format la totalité des tâches pour déterminer un ordre optimal de la réalisation coordonner des tâches. Selon les calculs effectués à ce moment, cette technologie a permis d’augmenter la vitesse de production de la ligne d’assemblage finale de 3 à 5 %. Ce gain de productivité important permet donc d'être plus productif sans investissement technologiques supplémentaires, sans machines ou innovation et sans augmentation du capital humain.
 
Dans le cas du témoignage d’Antoine, il s’agit d’un projet d’intégration de données effectuées par une des entreprises les plus importante et compétente dans l’édition logicielle et de solutions spécialisées dans l'analyse et la science des données. Il est donc important de nuancer la faisabilité d’un tel projet pour la grande majorité des entreprises. Cependant, la valorisation des données s’apparente à un aboutissement d’une stratégie de transformation digitale, bien que la digitalisation des entreprises soit bien plus large que ces notions.
 
Il est donc évident qu’une approche pragmatique s’appuyant sur des problèmes réel doit être considéré pour tenter d’exploiter les données à disposition des entreprises.
 
  • Gestion des fonctions opérationnelles
Les données peuvent se collecter à partir de différentes sources. Généralement, Elles sont d’une très grande utilité pour le département marketing.  En générant ces informations par surveiller les habitudes d’achats du client, à quoi il s’intéresse. On peut réussir à créer une image plus complète sur le client. Pour l’entreprise cela représente un grand avantage puisqu'elle pourra prévoir les besoins non satisfaits chez les clients et innover leurs produits d’une façon qu’il répond à ces besoins.
 
Sur ce point, les données font gagner beaucoup de temps à l’entreprise parce qu’elles permettent d’éviter une partie du long processus de la rétroaction des clients.  Ce processus qui est basé sur attendre le retour des clients pour développer le produit. Avec les données, l’innovation du produit est essentiellement basée sur des prédictions déduites à partir de l’analyse de ces données.
"Autrefois, quand quelqu'un entrait dans un magasin, tout ce que ce magasin savait c'est si son chiffre d'affaires avait augmenté et ses stocks diminués. Si la personne n'achetait rien, on ne savait rien", rappelle Max Shron, fondateur de Polynumeral, cabinet de conseil en science des données. "Aujourd'hui, avec les cartes de fidélité et les courses en ligne, vous pouvez collecter les moindres clics et transactions."
 
Les données ou bien Data a permis d’inventer de nouvelles stratégies marketing qui deviennent de plus en plus utilisées par l’ensemble des entreprises. Premièrement, l’analyse prédictive : elle permet d’associer un message publicitaire au consommateur, suite à une prédiction d’une action probable de sa part. Par exemple, envoyer des messages publicitaires sur des tickets d’avions à Amsterdam, lorsque le consommateur cherche des trajets vers cette destination. Deuxièmement, le marketing automation, il profite des données personnelles du consommateur, comme sa localisation actuelle, sa date d’anniversaire pour lui envoyer des publicités sur des événements ou offres qui peuvent l’intéresser.
 
Autre que le principal intéressé par les données : le département marketing, on trouve aussi le service de gestion de stock qui s’en sert très bien de la Data pour maintenir l’équilibre de la balance entre le sur stockage et la rupture du stock. Nombreuses sont les entreprises qui disposent d’un stock, énorme ou pas, mais qui fait perdre de l’effort et de l’argent à l’entreprise. L’analyse de données permet de poser des prédictions sur certains éléments qui seront très utiles pour la gestion du stock. Par exemple, les tendances saisonnières, c’est-à-dire la période ou le produit se vend le plus, les habitudes d’achats.
 
En prenant compte de ces prédictions, les entreprises ont la possibilité de disposer d’une quantité convenable dans leur stock, et alors, éviter les coûts de stockage, les coûts de dévalorisation et les risques de litiges ou perte de client en cas de rupture du stock. La plupart des entreprises vont vers Data pour mieux gérer la chaîne d’approvisionnement et les stocks. Avec les données nécessaires, l’organisation peut prévoir la nature et la quantité du produit demandée.
 
Joël Rubino, cofondateur de la start-up Apicube, spécialisée dans le traitement et l'analyse de grands volumes de données sur le Web, l'affirme : « On vit aujourd'hui, avec la data, le même bouleversement qu'avec Internet il y a quelques années. Grâce à elle, les entreprises peuvent notamment accroître leur connaissance client, mesurer la satisfaction de leurs consommateurs, veiller sur leur réputation en ligne et réduire leurs coûts ».
 
  • Finances
Gestion en temps réel
La stratégie financière joue un rôle crucial dans la réussite ou l’échec de l’entreprise. Prendre des décisions financières a un impact direct sur l’avenir de l’entreprise que ça soit au court, moyen ou long terme. C'est pour cette raison que la direction financière de l’organisation doit bien penser à définir une stratégie financière qui assurera le bon fonctionnement et développement de l’activité et permettra à l’entreprise d’être compétitive sur son marché. Pour se faire, les entreprises ont recours à plusieurs méthodes de gestion financière que ce soit par rapport à l’exploitation des données déjà collectées pour réaliser des prévisions budgétaires, des contrôles financiers ou encore la gestion de ses actifs.
 
Ces différentes opérations ont pour but d’assurer une bonne santé financière de l’entreprise et d’avoir une vision claire sur son avenir grâce aux prévisions. Aujourd'hui, il existe plusieurs outils sur lesquelles les décideurs financiers se reposent afin d’être sûrs de bien gérer les disponibilités financières et prendre les décisions stratégiques les plus pertinentes. Il existe les tableaux de bord financiers qui permettent d’avoir une vue globale sur l’ensemble de l’état de l’entreprise, basés sur des indicateurs financiers clés mesurant la performance. On peut dire alors que ces données financières représentent une mine d’or pour les entreprises. 
 
Avec une conjoncture mondiale économique évoluant exponentiellement chaque jour, les départements financiers doivent consolider plus efficacement les processus de gestion financière en se servant l’évolution technologique. Désormais, il n’est non pas uniquement possible d’établir des tableaux de bord basés sur les données passées de l’entreprise, mais il est plutôt réalisable également des tableaux de bord interactifs qui traitent les données en temps réel et qui sont mis à jour automatiquement.  
 
Aujourd'hui, une finance moderne s’impose aux entreprises. Une opportunité leur facilitant le recueil, la validation, le traitement ainsi que l’analyse des données financières en temps réel. Ceci permettra d’avoir une comptabilité tournée plutôt vers le présent et le futur que vers le passé. Ce système révolutionnaire d’exploitation de données au moment opportun permet de perfectionner la précision, rendre la prise de décision plus efficiente et optimiser le temps en se focalisant d’une manière plus pointue sur la stratégie future de l’entreprise que plutôt chercher à actualiser en permanence les nouvelles données. On appelle cette nouvelle approche financière le Continuous Accounting.  
 
Les entreprises alors sont équipées de logiciels ERP “ prologiciel de gestion intégré” permettant un partage meilleur des informations, et une facilité dans le processus de prise de décision. Le choix du logiciel ERP va dépendre de la quantité d’informations que souhaite l’entreprise avoir en temps réel ainsi que la taille de ses données. Il faut prendre en considération également le niveau de souplesse et de flexibilité du système que l’entreprise souhaite mettre en place car ceci impactera directement la prise de décision de la direction financière.  Nous constatons alors que la centralisation des informations est l’avantage le plus important d’un ERP car il permet aux managers financiers d’optimiser le processus de gestion, avoir une visibilité sur les flux des données financières et des indicateurs pertinents de performance, avoir également une traçabilité des données et un moyen fiable dédié à la prise de décision. Ce modèle prend de l’ampleur lorsque l’entreprise est de grande taille, ou exerce son activité au niveau international.
 
L’automatisation permet donc d’augmenter la productivité et de permettre aux parties prenantes intéressées de disposer de plus de temps consacré à l’analyse. Les flux d’informations sont gérés d’une façon plus cohérente et soutiennent le pilotage des activités clés grâce à des référentiel financier qui facilitent le traitement des données avec une qualité très haute et une grande homogénéité. L’accélération des traitements des informations reproduites automatiquement dans les reportings en temps réel apporte de l’efficacité opérationnelle au management des entités financières, limite les erreurs et améliore la qualité des collaborations des ressources humaines pour une productivité et performance meilleure. 
 

Quelles sont les limites de l’utilisation des données ?

- Limites légales d'utilisation
En France, la protection des données personnelles sont encadrées par la loi du 6 janvier 1978 dite « informatique et libertés ». Celle-ci a ensuite été adaptée aux enjeux d’aujourd'hui en devenant le 25 mai 2018 le Règlement général sur la protection des données dite RGPD et est applicable désormais partout en Europe. Ainsi, ce nouveau cadre juridique permet de renforcer le droit de tous les citoyens européens en ce qui concerne la protection de leurs données et également de responsabiliser les acteurs pouvant être amenés à traiter celles-ci. 
 
D'après le RGPD : « La protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel est un droit fondamental. L'article 8, p 1, de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne (ci-après dénommée «Charte») et l'article 16, p 1, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne disposent que toute personne a droit à la protection des données à caractère personnel la concernant. » 
 
Plus précisément, ce règlement s’applique à toutes entreprises, organismes publics et associations européenne ou non, traitant les données personnes de toute personne physique se trouvant sur le territoire européen et concerne toutes informations pouvant se rapporter à une personne physique identifiée ou identifiable tel que : « le nom, prénom, adresses postal et courriel, numéro d’identité, l'adresse de protocole internet, cookie, données médicales d’identification.»
 
En ce qui concerne le traitement de ces données, cela concerne la collecte, l’enregistrement, la conservation, la modification, la consultation la diffusion ou l’effacement de ces données.
Ainsi, chaque citoyen a le droit de demander des informations, d’obtenir l’accès, de demander correction, de demander l’effacement, de s’opposer ou limiter leur traitement selon leurs buts et de récupérer ses données à caractère personnel. En cas de dommage matériel ou moral lié à la violation du règlement le citoyen dispose d’un droit de recours ou d’introduire une action collective.
 
Du côté de l’entreprise, celles-ci ont des obligations tel que respecter les principes indiqués par le règlement, d’assurer un consentement éclairé pour l’utilisateur, de recenser le traitement de ces données, d’être en mesure de prouver qu’elle respecte le règlement, de notifier toute violation de celui-ci aux autorités et aux personnes concernées, de réaliser une études de l’impact sur la vie privée pour les traitements à risques, de désigner un responsable de traitement des données et de permettre aux personnes d’exercer leurs droits énoncé ci-dessus. En cas de faille de sécurité et / ou de violation des données, le responsable doit le déclarer sous 72 heures au CNIL ainsi qu’à toute personne concernée et encourt des sanctions tel que : « 10 millions d’euros d’amende (ou 2% de son chiffre d’affaire mondial en ce qui concerne un retard de notifications ou 20 millions d’euros d’amende (ou 4% de son chiffre d’affaire mondial) en cas de manquement au RGPD. » d’après le DGCCRF. 
 
Cependant, selon une étude de NetApp réalisée juste avant la mise en place de ces réglementations, « 67% des entreprises ne s’estimaient pas prêtes pour le RGPD en mars 2018 ». Aujourd'hui encore, la question de l’application uniforme de ce règlement ainsi que son contrôle restent très controversées et met du temps à se mettre en place. De plus, bien que le RGPD permet de fixer un cadre légal à l’utilisation des données, il ne faut pas oublier que celles-ci restent une véritable mine d’or pour les entreprises et notamment pour les « géants du web » qui les revendent par milliers aux firmes transformant nos données en occasions de vente pour celles-ci avec des publicités de plus en plus ciblées selon les goûts et les habitudes des internautes. En effet, selon le cabinet IDC le marché des données des citoyens européens pourrait peser 80 milliards d’euros en 2020 et pose alors la question de la responsabilité éthique des entreprises qui elle, n’a pas véritablement de cadre légal. 
 
Après un an d’exécution de ce règlement, la commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a « observé en France une augmentation de 32% des plaintes reçues en 2018, largement imputable au RGPD », l’European Data Protection Board (EDPB) déclare également avoir étudiés plus de 280 000 dossiers dont la majorité issue de plaintes. « Plus de 89 000 notifications ont été adressées à travers l’Europe » d’après Le Monde en 2019 l’une d’entre elle concernant l’entreprise Facebook admettant une faille de sécurité concernant le piratage de données personnelles et de nombreuses autres face aux géants du web tel que Google, Quantcast, Instagram, Whastapp etc.


- Limites éthiques d'utilisation
  • Etude de cas : Deliveroo
Concernant le point de vue éthique du traitement des données personnelles, de nombreuses entreprises ont fait parler d’elles durant la mise en place du RGPD. Ainsi, nous avons souhaités revenir sur le cas Delivroo, et les problèmes en termes de ressources humaines qui ont été engendrés par un traitement de données personnelles dit « peu éthique ».  Ainsi, après l’appel lancé le 3 août 2017 par le Collectif des livreurs autonomes de Paris (CLAP 75) contre la nouvelle grille tarifaire imposée par la plate-forme de livraison de repas à domicile, de nombreux livreurs se sont retrouvés dans les rues de Paris pour manifester. Suite à ces manifestations, une enquête d’Elise Lucet diffusée mardi 24 septembre sur « Cash Investigation » intitulé « Au secours, mon patron est un algorithme » s’est penchée sur les dérives du capitalisme numérique. En effet, l’enquête a révélé après une fuite de mails internes entre responsables de Delivroo que l’entreprise a constitué une « liste noire des grévistes » en utilisant leurs propres systèmes de géolocalisation de livreurs pour savoir quel livreur se trouvait sur le lieu de la manifestation. Alors que l’entreprise assure « respecter le droit des livreurs à manifester ou à faire grève », Nassim Hamidouche, un des leaders du mouvement de protestation a vu son contrat de prestataire résilié accusé de ne pas avoir effectuée certaines de ses courses, bien que celui-ci dénonce « le lien évident avec la grève ».  Ainsi, bien que Delivroo justifie cette liste comme un moyen d’aider la police à identifier les casseurs, la question de l’éthique se pose sur la manière d’utiliser les données notamment dans le cadre du respect des droits et de la vie privée de ses prestataires. 
 
  • Enquête consommateur - Etude quantitative
Nous avons choisi de réaliser une étude quantitative à destination de tous afin de répondre à deux questions : 
  • La collecte des données pose-t-il un problème au grand public ? 
  • L’utilisation de ces données à des fins commerciales est-elle problématique pour le grand public ?
L’échantillon est constitué de 106 personnes et pour les données démographiques, nous avons cherché à savoir leur tranche d’âge. Parmi elles, 16% ont moins de 19 ans, 43% ont entre 20 et 39 ans, 30% entre 40 et 54 ans, et 10% entre 55 et 73 ans. Les autres questions étaient d’ordre plus technique, sur leurs habitudes de consommation des écrans et d’Internet en général : 
  • Votre année de naissance ? 
  • Combien de temps passez-vous en moyenne par jour devant un écran ?
  • Utilisez-vous des bloqueurs de publicité ?
  • Comment décririez-vous les publicités en ligne ?
  • Quel(s) service(s) utilisez-vous ? 
  • Savez-vous que les plateformes citées dans la question précédente ont été victimes d’attaques informatiques qui ont entraîné des fuites de données ? 
  • Après cette information, continuerez-vous à utiliser ces plateformes ?
  • Considérez-vous l’exploitation de vos données à caractère personnel par une entreprise comme une intrusion dans votre vie privée ?  
L’idée était donc de questionner des personnes sur leur rapport à la publicité et à la collecte de données. Mais surtout, nous voulions savoir quelle importance elles accordent à leurs données, avec ces deux questions : 
  • Savez-vous que les plateformes citées dans la question précédente ont été victimes d’attaques informatiques qui ont entraîné des fuites de données ? 
  • Après cette information, continuerez-vous d’utiliser ces plateformes ? 
Nos hypothèses de départ étaient donc les suivantes : 
  • H1 : les failles de sécurité préoccupent le grand public au point de ne plus utiliser les services défaillants
  • H2 : les failles de sécurité ne sont pas suffisantes pour décourager le grand public à utiliser ces services défaillants
 
  • Résultats de l'enquête
En moyenne, les personnes de cet échantillon passe un peu plus de 7 heures devant un écran par jour. 59,43% n’utilisent pas de bloqueurs de publicité. Un peu plus de 61% de ces personnes trouvent les publicités envahissantes, tandis que 27% les trouvent utiles, et les autres sont sans avis. Les plateformes les plus utilisées sont Facebook, puis Gmail, Uber et Ebay. Viennent ensuite Twitch.tv et Slack, puis Wordpress et MyHeritage. Quasiment 80% des personnes interrogées ne savaient pas que ces plateformes avaient été victimes d’attaques informatiques. Même en ayant connaissance de cette information, cela ne décourage pas 85% des répondants de continuer à utiliser ces services. Enfin, l’exploitation des données à caractère personnel par une entreprise est considérée comme une intrusion dans la vie privée pour plus de 65% de l’échantillon.
 
Par rapport à ces réponses, il apparaît que même si des fuites de données ont eu lieu sur certaines plateformes, cela ne suffit pas à décourager les personnes interrogées de continuer à les utiliser. L’hypothèse 2 est donc vérifiée.
 

Notes de bas de page

(1) : Artificial Intelligence is the future of growth - https://accntu.re/2DWirQB
 

Notez
Lu 234 fois

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management