Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

La COVID-19 : un tremplin pour la RSE de l' entreprise ?


« Au lendemain du confinement, je suis passée d’employée à chômeuse et de locatrice à SDF » s’exaspère Léa, ex-technicienne en câblage. Incapable de payer son loyer et ses charges, c’est le ventre vide, le corps transi par le froid et l’esprit affligé par la peur d’un avenir incertain que la jeune célibataire s’est retrouvée à la rue. Elle se considère comme une paria, une rejetée de la société : « L’exclusion sociale est pire que l’inconfort matériel », affirme-t-elle.
 
La crise sanitaire a secoué l’économie, provoquant une vague de licenciement et un déferlement de personnes en situation de précarité nouvelle. Des moyens colossaux ont été mobilisés pour lutter contre la Covid-19 et ses impacts sur l'économie et le bien-être des citoyens français. Si la crise a coûté près de 86 milliards d'euros à l’État Français entre le soutien aux entreprises et aux ménages, les dépenses de santé, beaucoup ont en souffert et ont souffrent encore.
 
Une étude menée par l’INSEE sur les conditions de vie pendant le confinement, démontre qu’un tiers des personnes en emploi a subi une restriction d’activité susceptible de réduire le revenu du travail, dont 27 % une période de chômage technique ou partiel. De plus, 34 % des personnes en emploi ont télétravaillé pendant que 35 % ont continué à se rendre sur leur lieu de travail. Par ailleurs, 35 % des parents avec un enfant de moins de 14 ans ont eu des difficultés à assurer leur suivi scolaire. Enfin, 20 % des personnes affirment que la situation financière de leur ménage s’est dégradée. Les premiers à avoir goûté aux conséquences désastreuses du confinement sont les personnes aux revenus les plus modestes et les femmes. Ces dernières ont dû cumuler plus de 4 heures de travail et plus de 4 heures avec leurs enfants chaque jour, plus que les hommes, réduisant alors leur activité professionnelle et augmentant le temps passé en famille.
 
Toutes les crises sont synonymes de destruction mais aussi de renouveau. Si beaucoup d’entreprises n’ont pas eu d’autres choix que de baisser l’activité et de mettre en place un dispositif de chômage partiel, d’autres ont décidé d’augmenter leur dépense pour assurer le bien-être de leur collaborateurs mais aussi des autres parties prenantes. Conscientes qu’elles peuvent faire évoluer les pratiques, elles se sont servies de la crise de la COVID-19 pour affirmer leur positionnement et consolider leurs stratégies notamment en matière de RSE.
 
La notion de RSE englobe, selon la Commission Européenne, toutes les mesures engagées volontairement par les entreprises pour répondre à des préoccupations sociales et environnementales et intégrées à leurs activités commerciales et leurs relations. Quelle que soit leur taille, leur statut ou leur secteur d'activité, toutes les entreprises peuvent mettre en place une stratégie RSE.
 
La RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises est « l’ensemble des actions sociales, sociétales et environnementales qu’une entreprise responsable doit mettre en place pour protéger ses collaborateurs et son environnement dans un soucis de développement durable. C’est aussi un excellent moyen de préserver son image de marque et sa marque employeur » d’après M. Selim Brabus, Consultant Financier chez BNP PARIBAS.
 
La loi PACTE du 22 mai 2019 et la modification du code civil en 2019 encadrent la notion de RSE. L'article 1833 du Code civil spécifie que l'objet social de toutes les sociétés doit considérer les enjeux sociaux et environnementaux ce qui incombe des obligations minimales légales en matière de RSE. L'article 1835 du Code civil permet aux sociétés qui le souhaitent de se doter d'une raison d'être dans leurs statuts.
 
La norme ISO 26000, standard international, construit une stratégie RSE autour de 7 points :
 
  • La gouvernance de l’organisation
  • Les droits de l’homme
  • Les relations et conditions de travail
  • L’environnement
  • La loyauté des pratiques
  • Les questions relatives aux consommateurs
  • Les communautés et le développement local
 
Une entreprise ayant une stratégie RSE s’engage a une économie viable qui impacte positivement la société et respecte l’environnement. Une combinaison qui repose sur un équilibre construit avec l’ensemble des collaborateurs, des clients, des fournisseurs, des actionnaires et des acteurs du territoire. Pour Mme Valérie Augustine, Responsable RSE et Développement Durable au sein d’une entreprise spécialisée en électroménager, « une démarche RSE repose sur la réalisation au préalable d’un diagnostic pour état des lieux qui permettra de repenser la conception des produits et services ; pour une meilleure gestion des ressources et une réduction des coûts. Aussi, un benchmarking est nécessaire en amont pour s’informer sur la RSE des autres entreprises concurrentes ou non. Intégrer un réseau d’entreprises engagées en RSE facilite l’adoption de cette démarche responsable. L’entreprise doit enfin formaliser son engagement et prévoir les ressources qui lui permettront de mener a bien ses missions.»
 
Le groupe Safran, par exemple, a construit une démarche RSE qui repose sur des valeurs et une éthique, partagées par l’ensemble de ses collaborateurs : la responsabilité citoyenne, la valorisation des femmes et des hommes, le respect des engagements et la puissance de l’équipe. Elle fait partie de la raison d’être de Safran et a pour objectif de, toujours, créer de la valeur en s’inscrivant dans la durée et avec une responsabilité vis-à-vis de tous.
 
La crise sanitaire a servi de catalyseur a la RSE. Beaucoup d’entreprises ont vu s’accélérer leur engagement responsable. Les Responsables RSE y ont joué un rôle important, accompagnés des Responsables Ressources Humaines. Ils ont été soumis à une forte pression de la part de leurs directions générales qui souhaitent montrer la contribution de leur entreprise à la résolution de la crise.  Un dialogue avec les parties prenantes a rapidement dû être lancé en plus de formations sur la RSE pour l’ensemble des collaborateurs. « Nous avons essayé de pousser notre entreprise à aller vers une démarche plus ambitieuse, à être à la hauteur des enjeux, tout en impliquant l’ensemble des parties prenantes et les investisseurs » explique Mme Valérie Augustine.
 
La RSE est aujourd’hui un véritable levier de la performance. « En ce qui concerne nos collaborateurs, en ressentant la responsabilité de l’entreprise a leurs égards et sa bienveillance, cela booste leur performance et les motivent à donner le meilleur d’eux-mêmes » souligne M. Khaled Benomar, Chargé de Missions de Communication et RSE chez Central Laitière. En plus d’être un solide argument marketing qui séduit les clients, elle permet aussi d’attirer de nouveaux talents.
 
En période COVID-19, toutes les mesures sanitaires nécessaires ont rapidement été mis en place afin que les salariés soient rassurés et pour assurer le travail dans les locaux en toute sécurité.
« Nous avons demandé aux plus vulnérables de rester chez eux tout en préservant leurs salaires. Nous avons aussi signé des conventions avec des laboratoires pour faciliter l’accès aux test PCR pour nos collaborateurs. Nous avons rapidement instauré le télétravail, réduit nos effectifs en usine de 50% pour alterner les équipes, augmenté nos dépenses en propreté et doubler notre capacité de transport pour assurer la distanciation sociale.» s'accorde a dire la DRH d’un géant de l’aéronautique. Des coûts et des dépenses énormes pour cette entreprise dont le secteur a été touché de plein fouet mais qui a fait le choix du bien-être de ses salariés.
 
La RSE permet à l’entreprise de mieux répondre aux défis de son environnement et aux attentes de ses parties prenantes.  Si les entreprises ne prennent pas en compte les impacts sociétaux et environnementaux de leurs activités, leur pérennité sera mise en péril. Que ça soit les consommateurs, les collaborateurs, les syndicats ou les actionnaires, les attentes des parties prenantes ont de plus en plus de poids et l’entreprise risque de voir son image menacée. Les investisseurs, par exemple, préfèrent les entreprises qui identifient et transforme les risques en opportunités. Une bonne démarche RSE est formalisée a travers des chartes suivi d’actions concrètes, souvent par des labels et des certifications qui garantissent sur la réalité de l’action.
 
La pandémie de la Covid-19 amène le monde dans une nouvelle ère et rend évidentes les réalités profondes des grands problèmes mondiaux.  Elle a poussé les organisations à transformer la chaine de valeur et l’orienter davantage vers la RSE. Bousculées par la crise sanitaire mondiale, les entreprises se sont lancées dans une nouvelle politique RSE. L’organisation du travail a été revu pour respecter la distanciation sociale mais aussi pour permettre aux salariés de s’occuper de leurs enfants qui étudiaient à distance. Cette crise a permis aussi de renforcer l’esprit de solidarité et le travail d’équipe entre les salariés. La crise de la Covid-19 a sensibilisé d’avantage les entreprises à la RSE puisque pour beaucoup, elle a mis en lumière l’importance de la culture d’entreprise dans ses mutations et la protection de ses collaborateurs notamment en l’application réelle de la RSE et les poussant a des remises en question. Quant aux entreprises engagées dans une démarche sincères, elles y ont trouvé un levier fort de résilience.
 
Grâce à cette crise, la plupart des organisations ont remis en question les méthodes et démarches de travail, chose qui a favorisé la RSE. Par exemple, la mise en place du télétravail a permis de réduire l’utilisation des moyens de transports pour les employés chose qui bénéficie à l'environnement, c’est simple mais efficace.
 
Avant la pandémie, de nombreuses entreprises ont commencé à réfléchir à leurs raisons d'exister, et certaines avaient commencé à envisager de créer une mission dans le cadre de la loi Pacte adoptée en mai 2019 pour établir le statut de l'entreprise. Les participants réfléchissent au rôle de l'entreprise. Est-ce que cela marquera l'émergence des entreprises citoyennes ?

Plusieurs experts de la RSE voient cette crise sanitaire comme un avertissement et font le rapprochement avec la crise climatique. Le président du C3D explique " que les prochaines crises, notamment climatique, seront bien plus meurtrières et moins ponctuelles. Il faudra tirer les enseignements pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Revoir les paramètres économiques pour plus de sobriété."

"Sans avoir de boule de cristal, on peut dire qu’à la sortie de crise il faudra revoir le modèle de consommation frénétique", affirme la DDD de L’Oréal "Mais il va surtout y avoir une grande prise de conscience de la vulnérabilité. Les scénarios climatiques et de biodiversité ne sont pas de la science-fiction, on doit écouter les scientifiques."
Pendant la crise du coronavirus, les entreprises ont concentrer leurs efforts sur la santé et la sécurité des employés, en parallèle d'autres actions ont été menées pour  fournir les ressources disponibles et répondre aux besoins d'urgence. Tour d'horizon de différentes actions citoyennes des entreprises :
  • LVMH et L’Oréal ont réservé une partie de leur chaîne de production  pour fabriquer du gel ;
  • McDonald a proposé des repas gratuits aux SDF;
  • Pernod-Ricard a fait don d'alcool au laboratoire Cooper pour la confection de gel ;
  • Le géant du textile H&M s'est allié a l'emblématique marque française de jeans 1083 pour fabriquer des masques ;
  • C&A a fait don de 36 000 masques chirurgicaux ;
  • Accor a mis à disposition des hôtels aux soignants et aux SDF ;
  • Uber a offert des trajets gratuits au personnel soignant.
 
En mobilisant toute la conscience collective et la sagesse créative de l’organisation, l'humanité pourra enfin répondre aux défis de l'égalité des sexes, du changement climatique, de la protection de la biodiversité, de l'accès a la santé et a l'éducation...  La crise sanitaire a démontré l'urgence de remodeler la transformation organisationnelle, de manière profonde et tout au long de la chaîne de valeur pour assurer une « durabilité » et une « flexibilité ». L’humain a été au centre de la crise sanitaires pratiques RSE ont été influencé ; et comme les efforts RSE fournis sont de plus en plus dans ce sens pour essayer d’alléger l’impact de cette crise sur l’ensemble des parties prenantes.
 
 
Bibliographie:
 
  • Rapport de l’INSEE sur les conditions de vie pendant le confinement
  • Code Civile
  • Loi Pacte
  • Economie.gouv.fr
  • Gouvernement.fr

Maha El Ghiati
Notez
Lu 80 fois

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management