Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine pour explorer en profondeur les innovations managériales...
Les 4 Temps du Management

Chroniques impertinentes & constructives

Impact du capitalisme ultralibéral sur les subjectivités


Impact du capitalisme ultralibéral sur les subjectivités
Si les externalités négatives environnementales sont souvent mises en avant, l'effet du système ultra-libérale sur notre psyché, nos relations et notre manière de voir le monde est tout aussi crucial. Plusieurs penseurs ont examiné cette dimension. Voici une courte et imparfaite synthèse  des problématiques abordées dans leurs contributions; 
 
1. Aliénation et Individualisme : Le capitalisme ultralibéral a tendance à promouvoir un individualisme exacerbé. Marcel Gauchet, dans "La Démocratie contre elle-même", parle de l'émergence de l'individu au détriment du collectif. Cette individualisation peut mener à une aliénation, où les relations humaines deviennent transactionnelles et où l'humain est souvent réduit à une valeur marchande.

2. Colonisation mentale : Le terme utilisé par Muhlmann reflète l'idée que le capitalisme n'envahit pas seulement les marchés, mais aussi les esprits. Le désir de consommer, l'aspiration à une croissance constante et l'assimilation de la réussite personnelle à la réussite financière sont des symptômes de cette colonisation.

3. Obsolescence programmée de la culture : Bernard Stiegler, dans ses réflexions sur la technologie et le capitalisme, mentionne comment la culture est devenue une marchandise. Les biens culturels sont conçus pour être rapidement consommés et remplacés, menant à une dégradation de la qualité culturelle et à une diminution de notre capacité à établir des relations significatives avec le monde qui nous entoure.

4. Déshumanisation : Le capitalisme ultralibéral, axé sur l'efficacité et la profitabilité, peut mener à une dévaluation de l'humain. Les relations humaines peuvent être sacrifiées au nom de la croissance économique, créant un monde où les relations sont superficielles et où l'empathie et la solidarité sont en déclin.

5. Standardisation des pensées : Le capitalisme favorise une certaine homogénéisation de la culture. Les médias de masse, souvent contrôlés par de grands conglomérats capitalistes, diffusent une vision du monde et des valeurs qui correspondent à l'idéologie dominante. Cette uniformisation peut mener à une réduction de la diversité des perspectives et des modes de vie.

Ces réflexions ne sont que la pointe de l'iceberg, et il est essentiel de reconnaître que le capitalisme a aussi apporté de nombreux avantages, notamment en termes d'innovation et d'élévation du niveau de vie. Cependant, comme tout système, il présente des limites et des défis. L'important est de continuer à questionner et à réfléchir à ces impacts pour envisager des alternatives ou des adaptations qui favorisent un équilibre entre progrès économique et bien-être humain.

Ce qu'apporte la psychanalyse à la compréhension de la colonisation mentale

Impact du capitalisme ultralibéral sur les subjectivités
Les psychanalystes, en se penchant sur la structure profonde de l'esprit humain, offrent une perspective unique sur les effets du capitalisme ultralibéral sur les individus et les relations humaines. Voici quelques contributions des psychanalystes à ce sujet :

1. Désir et consommation : Freud, dans sa théorie des pulsions, parle de l'Eros (désir de vie) et de Thanatos (pulsion de mort). La publicité et le marketing, s'appuyant sur ces concepts, ont créé une culture de désir constant, poussant les individus à consommer pour combler un manque intérieur. La psychanalyse peut aider à comprendre la nature profonde de ce désir et son exploitation par le capitalisme.

2. Narcissisme et image de soi : La culture capitaliste promeut souvent une image idéalisée de la réussite et de la beauté. Christopher Lasch, dans "La Culture du narcissisme", décrit comment le capitalisme moderne nourrit un narcissisme sociétal, où l'image de soi devient primordiale au détriment de relations authentiques.

3. Malaise dans la civilisation : Freud, dans son essai "Le Malaise dans la civilisation", décrit la tension entre les pulsions individuelles et les exigences de la société. Dans un monde capitaliste, cette tension est exacerbée par la mise en avant constante du désir individuel face à des contraintes sociétales.

4. La précarité de l'estime de soi : L'identité dans un monde capitaliste est souvent liée à la possession et à la réussite matérielle. La psychanalyse peut aider à dévoiler comment cette dépendance externe pour l'estime de soi peut engendrer une instabilité psychologique.

5. L'aliénation : Le concept d'aliénation, bien que souvent associé à Marx, trouve des échos en psychanalyse. L'individu peut se sentir aliéné non seulement par ses prores désirs mais aussi par les conditions sociales dans lesquelles il effectue son travail. 

6. L'angoisse moderne: Le capitalisme ultralibéral, en accélérant le rythme de la vie et en imposant une compétition constante, peut être une source d'anxiété. La psychanalyse permet d'explorer les racines profondes de cette anxiété et de comprendre ses manifestations.

En somme, la psychanalyse offre des outils pour sonder les profondeurs de l'âme humaine et pour comprendre comment les structures du capitalisme ultralibéral interagissent avec nos désirs, nos peurs, et notre identité. En éclairant ces dynamiques, elle peut aider à formuler des critiques éclairées et à envisager des modes de vie alternatifs qui sont en harmonie avec notre psyché.

Un essai de définition de la névrose libérale

Impact du capitalisme ultralibéral sur les subjectivités
La "névrose ultralibérale" est un concept qui peut être défini comme une réponse psychologique et émotionnelle aux contraintes et aux pressions du système capitaliste. Si on devait dresser un portrait de cette névrose, on pourrait l'envisager sous les aspects suivants: 

1. Insatisfaction chronique : En dépit de l'augmentation du niveau de vie et de l'accès à des biens de consommation sans précédent, beaucoup ressentent une insatisfaction constante, toujours à la recherche du prochain achat ou de la prochaine promotion.

2. Anxiété de performance : Il y a une pression constante pour "réussir", mesurée en termes de réussite financière, de statut social ou de réalisation professionnelle. Cela peut entraîner du stress, de l'épuisement professionnel et une sensation d'être constamment en compétition.

3. Aliénation : Les individus peuvent se sentir déconnectés de leur travail, ne voyant pas la valeur ou le sens de ce qu'ils font, simplement parce qu'ils sont engagés dans un cycle de production et de consommation.

4. Hyper-individualisme : Le capitalisme promeut souvent l'idée que le succès ou l'échec est entièrement le résultat des efforts individuels, négligeant les structures sociales ou les circonstances. Cela peut conduire à une isolation, où chacun est pour soi.

5. Obsession de l'image : La valeur est souvent placée sur l'apparence et la perception extérieure plutôt que sur la substance intérieure. Cela peut conduire à une préoccupation excessive pour l'apparence physique, le statut et la manière dont les autres nous perçoivent.

6. Perte de sens : Dans une société axée sur la consommation, la recherche de sens ou de but peut souvent être négligée ou oubliée. Cela peut conduire à un sentiment de vide ou d'absence de direction.

7. Inégalités croissantes : La névrose peut également découler de la prise de conscience des inégalités flagrantes créées par le capitalisme, où une petite élite accumule d'énormes richesses pendant que d'autres luttent pour les besoins de base.

8. Déconnexion de la nature : Le capitalisme moderne, avec sa tendance à valoriser la croissance à tout prix, a souvent conduit à une exploitation sans précédent de l'environnement, ce qui peut entraîner une sensation de déconnexion ou de perte de relation avec le monde naturel.

Il est crucial de comprendre que cette "névrose ultralibérale" n'est pas ressentie de la même manière ou avec la même intensité par tout le monde. Pour certains, le capitalisme offre des opportunités et une liberté sans précédent. Pour d'autres, les pressions et les contraintes du système sont accablantes. La conscience de cette névrose est la première étape pour envisager des changements ou des adaptations qui peuvent offrir un équilibre plus sain entre les besoins économiques et le bien-être humain.

Réduire la névrose ultra-libérale ? Est - ce possible ?

Impact du capitalisme ultralibéral sur les subjectivités
Dans les paragraphes précédent, nous avons découvert que la subjectivité est aussi une fabrication sociale. L'exercice de la pleine conscience ne saurait donc se réduire à la seule prise de conscience de ses sensations et émotions. Cela passe aussi par la prise de conscience des effets des idéologies dominantes sur nos modes de pensées et  de relation avec autrui. 

Atténuer la "névrose ultralibérale" implique une combinaison d'initiatives individuelles, communautaires, et structurelles. Voici quelques stratégies à considérer :
 
1. Éducation et prise de conscience : La sensibilisation aux effets psychologiques et émotionnels du capitalisme peut aider les gens à reconnaître les pressions extérieures et à ne pas internaliser les normes et valeurs toxiques. 

2. Promotion du bien-être mental : La société doit valoriser et prioriser la santé mentale autant que la santé physique. Cela peut inclure des programmes d'éducation, des ressources en santé mentale accessibles, et la déstigmatisation des troubles mentaux.

3. Ralentir : Adopter une mentalité de "décroissance" ou de "ralentissement" (comme le Slow Movement) peut aider à atténuer la pression de la consommation constante et de la performance.

4. Communautés de soutien : Encourager la formation de communautés où les individus se soutiennent mutuellement, partagent des ressources et cultivent des relations significatives.

5. Pratiques de pleine conscience : La méditation, le yoga et d'autres pratiques peuvent aider à centrer les individus et à les relier à l'instant présent, réduisant ainsi le stress et l'anxiété.

6. Réévaluation des indicateurs de succès : Remettre en question et élargir la définition du succès pour inclure des éléments comme le bien-être, la satisfaction, et la contribution à la communauté.

7. Reformes politiques et économiques : Des changements structurels pour réduire les inégalités, promouvoir une économie plus équitable, et encourager des entreprises socialement responsables peuvent atténuer certaines des pressions du capitalisme.

8. Économie de partage : Favoriser des modèles économiques basés sur le partage, l'échange et la coopération plutôt que sur la compétition et l'accumulation.

9. Connexion avec la nature : Promouvoir et faciliter un contact régulier avec la nature, ce qui a été montré pour améliorer le bien-être mental.

10. Limitation de la surconsommation: Promouvoir la consommation consciente et encourager les individus à reconnaître et à résister à la pression d'acheter constamment.

11. Éducation financière : Donner aux gens les outils et les connaissances pour gérer leur argent d'une manière qui réduit le stress et favorise la stabilité.

En fin de compte, atténuer la "névrose du capitalisme" nécessitera un effort concerté à tous les niveaux de la société, des changements individuels aux transformations systémiques. Mais en reconnaissant les problèmes et en travaillant activement pour les aborder, il est possible d'imaginer une société où le capitalisme sert l'humanité, et non l'inverse.

4TM
Notez
Lu 449 fois

Commentaires articles

1.Posté par Daniel BONNET le 23/08/2023 07:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bien. Trois commentaires :
... Mais en reconnaissant les problèmes et en travaillant activement pour les aborder, il est possible d'imaginer une société où le capitalisme sert l'humanité, et non l'inverse]i !!! b[N'est-ce pas une utopie ? (C'était déjà la vision d'Adam Smith: La main invisibl...

Nouveau commentaire :