Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

E-Magazine

Hierarchie : C'est fini !


Hierarchie : C'est fini !
« Soit le changement que tu veux voir dans le monde » La prolifération des entreprises appliquant le mode d'organisation dit "libéré" s'est constamment révélée, au cours des vingt dernières années, être un véritable sauveur de la défaillance de plusieurs entreprises en France et à l’étranger. En outre, l'ancienne DG de L’entreprise Favi, une fonderie de cuivre française « libérée » de première génération, Jean-François Zobrist nous le confirme en déclarant que : « Il n’y a pas de performance sans bonheur. Pour être heureux, il faut avoir la liberté de s’auto organiser. Et pour laisser les productifs s’auto organiser, il faut leur faire confiance ». Présents dans différents pays, les pionniers sont Favi, Poult et Chrono Flex en France, W.L. Gore & Associates et Harley Davidson aux États-Unis, et HCL Technologies en Inde. En effet, ces entreprises ont pris du recul par rapport à leur mode de fonctionnement, leur structure hiérarchique et leurs mécanismes de contrôle, tout en s'engageant dans un processus de « dé-hiérarchisation », basé sur la promotion de l'autonomie et de la responsabilité tout en mettant fin à la hiérarchie intermédiaire appliquée. Grâce à cette transformation, qui écarte la notion de chef de service de toute division, ces entreprises ont réalisé de remarquables performances.

Notamment en France, la société Favi est devenue le leader du marché en Europe et la société de biscuiterie Poult, a réalisé une hausse de 13% en 2013 dans un marché en baisse de 2%.Ainsi Que l'entreprise Inov-On, spécialiste de la formation continue des adultes, a enregistré une hausse de 15 % de son revenu et sa rentabilité a quadruple. A leur instar, un nombre accru d'entreprises de toutes tailles et de tous secteurs ont entrepris des phases exploratoires telles que Décathlon, Auchan, Kiabi, Airbus, Orangina Schweppes, Michelin, MAIF, IMATech, Biose, Les Tissages de Charlieu et Axa Banque … En effet , selon une étude de L’EDHEC NewGen Talent Centre qui s’est penché sur la question et a réalisé une enquête auprès d’étudiants de deuxième année d’étude supérieure : « NewGen for Good » parue en mai 2019 , 61 % des futurs diplômés interrogés estiment que les entreprises sont amenées à beaucoup se transformer, les générations d'aujourd'hui sont en quête de plus de flexibilité et d’autonomie. Ils veulent également retrouver du sens à leur travail et afin de coller à leurs valeurs et à leurs attentes, de plus en plus de jeunes se lancent dans l’entrepreneuriat. Synonyme de liberté, d’autonomie et de flexibilité, le freelancing ou le projet de création semble satisfaire cette génération.

Jean Pralong, psychologue, professeur et chercheur français en gestion des ressources humaines, fait la même constatation dans une enquête menée en 2009. Il démontre que les l’entreprise n’est plus source de revenu mais « un lieu de développement personnel, d’apprentissage et de promotion sociale que l’on abandonnera sans regret si elle ne satisfait pas à ces exigences. » La structure de l’entreprise dite « classique » ne peut donc pas s’adapter selon ces justifications à leurs désirs et va être contrainte de revoir son organisation afin de les attirer. L’entreprise va devoir modifier ses pratiques managériales. La libération des pratiques de GRH mais aussi de toute l’organisation semble être une solution pour innover et rester concurrentiels sur le marché du travail. De son côté, François Geuze, consultant RH et auditeur social, justifie le besoin de libération des organisations,"L’entreprise libérée « répond au « besoin d’air » qu’éprouvent nombre des salariés face à des prescriptions de plus en plus contraignantes et une charge de travail de plus en plus stressante. "» Ainsi , d'après une étude de l'Université d'été du Medef,Isaac Getz confirme que les jeunes sont différents car ils ont eu accès depuis leurs jeune âge à des outils digitaux grâce auxquels ils ont pu prendre des initiatives et collaborer avec le monde entier. En plus il a continué son mot par éclaircir que ce n'est pas seulement les jeunes qui sont déçus mais plutôt ,Tous les salariés sont malheureux à cause du modèle de bureaucratie hiérarchique en vigueur depuis la révolution industrielle, dans lequel chaque niveau supérieur a le pouvoir de dire au niveau inférieur ce qu'il faut faire, et de le contrôler, via toute une série de procédures rigides. C'est un système qui infantilise, et par conséquent, qui déresponsabilise. Compte tenu de l'importance de cette problématique de distance hiérarchique , nous avons effectué une étude afin de savoir les avis des salariés de la structure de leurs entreprises et les attentes des étudiants futurs diplômés concernant leurs sources de motivation et leurs visions du travail . En effet , 42% des étudiants futur diplômés ont confirmé que l'atmosphère du travail était la meilleure chose qui ont apprécié durant leurs stages précédents , cependant 14% des salariés ont voté pour les relations internes au sein de l'entreprise . Ainsi , concernant les sources de motivation , les deux ont voté à part égale pour les conditions de travail et le salaire . Les salariés ont précisé que le système de leadership qu'ils préfèrent avoir dans leurs entreprises et celui du participatif suivi par le paternaliste avec respectivement un vote de 70%, 17%.En plus , nous avons demandé aux futur diplômés la question suivante : "Si vous occupez le poste de manager dans le futur, quelle structure organisationnelle appliquez-vous ?" , 50% on répondu par une structure libérée suivi par 30% optant pour le choix de mix entre structure hiérarchique et celle libérée . En effet , ce qui était très intéressant d'après cette étude est le fait de savoir que non seulement les futur diplômés qui ont voté pour l'autonomie comme recommandations pour l'amélioration des conditions de travail au sein de l'entreprise , mais également les salariés qui ont exprimé leurs besoins de travailler avec toute liberté et autonomie ainsi d'exclure les conduites managériales perverses . Cette étude nous a montré que les entreprises doivent réagir dans ce sens , pas en changeant de structure , car l'entreprise a déjà une histoire , une culture .. mais plutôt d'engager une évolution. Mais une évolution radicale en instituant "un petit peu plus de souplesse" ou de donner "un petit peu plus d'autonomie" aux salariés ,le dirigeant doit lui-même être convaincu que libérer son entreprise est la meilleure solution à prendre. Sans cela, il ne parviendra pas à changer sa posture et ses comportements. Il doit accepter d'abandonner un peu de son pouvoir et de son ego. Alors qu'est ce qui fait d'une entreprise une vraie entreprise libérée ? Une entreprise est dite libérée « lorsque la majorité des salariés disposent de la liberté et de l’entière responsabilité d’entreprendre toute action qu’eux-mêmes estiment comme étant la meilleure pour la vision de l’entreprise. » Dans une entreprise libérée, la gestion hiérarchique des positions est interdite. Il est remplacé par une différenciation basée sur les compétences, l'expérience, l'ouverture d’esprit, etc. Ce sont toutes des qualités qui font d'un manager un leader. C'est à lui de diriger son équipe et de coordonner ses activités. Loin des clichés traditionnels, il cherche constamment à donner un sens au travail individuel et collectif, et à aider chaque membre de l'équipe à évoluer dans l'environnement de travail. Mais il reste le garant du respect des règles, de la vision et du bien commun que chacun a contribué à définir et que chacun s'engage à respecter.

Les principes de base de l'entreprise libérée sont les fondements de sa réussite, qui peuvent se résumer comme suit: la capacité d'écoute du manager, le moteur de la liberté, de la motivation et de la créativité du salarié, des valeurs communes et le respect de la culture d'entreprise par toutes les personnes, la disparition des symboles de privilège, la disparition des heures obligatoires, le principe de subsidiarité ce qui signifie que les salariés ont les qualifications légales pour déterminer ce qui leur tient à cœur et les salariés soucieux des clients, de l'entreprise et maintenir la solidarité avec les collègues. Une entreprise libérée ne déroge pas à un engagement de rentabilité et de durabilité. Comme ses pairs, il doit dégager des marges pour couvrir ses frais de fonctionnement, financer ses investissements et récompenser ses actionnaires. Pour y parvenir, chacun se sent responsable à son propre niveau de respect des performances qu'il s'est fixé. Ce principe s'applique de l'individu au niveau de l'équipe ainsi qu'à celui de toute l'entreprise. L'entreprise libérée promet d'améliorer les performances de l'entreprise grâce à l'innovation de l'intelligence collective et de libérer les employés de la hiérarchie et du contrôle. Le principe de ce type d’organisation est de permettre aux salariés de prendre des initiatives individuelles au lieu d'émettre des directives suivies de contrôles. L'exigence de base repose sur un climat de confiance et de reconnaissance des collaborateurs dans lequel leurs compétences peuvent s'exprimer pleinement, précisément lorsqu'elles sont totalement libres. Concernant le climat social, nous constatons d’après notre étude une réelle amélioration dans les entreprises libérées car chaque salarié se sent valorisé. Il se sent comme un acteur de l'entreprise, un acteur pour la pérennité de son propre travail. Supposons que si nous imposons quelque chose à quelqu'un, peut-être qu'il puisse s'exprimer contre et que nous découvrons que la même personne ne s'oppose pas à une décision qu'elle a prise pour elle-même. Par conséquent, la mise en œuvre de cette décision sera plus facile et plus rapide. L’avenir de l’entreprise réside dans le bonheur de ses salariés et pour assurer leur bonheur, ils doivent être libres et responsables dans les actions qu’ils jugent eux même et pas leurs patron bon d’entreprendre . De nombreuses entreprises alors cherchent à se libérer de leurs modes de fonctionnement basés sur le contrôle et le repli sur la ligne hiérarchique comme système de management, et réaliser ce rêve considéré comme un vrai défi pour un grand nombre d’entreprises. Comment alors libérer ces entreprises pour faire de ce rêve une réalité ? A travers cet article, nous avons compris qu’il faut revoir les modes de fonctionnement en remplaçant le jugement et la méfiance par la confiance. Chacun devient entrepreneur de soi sans l’intervention des règles hiérarchiques . La coordination de l’action est censée se faire toute seule sans le recours à des institutions ou à des méthodologies interactives . Il incombe aux salariés de résoudre ces dilemmes . Il faut briser les structures établies pour les remplacer par des groupes de travail éphémères qui devront en permanence se renouveler . Ces nouvelles méthodes de management exigent un fort engagement de la part des salariés. Finalement, on comprend que l’organisation est passée d’une structure traditionnelle (bureaucratie, organigrammes, procédures, etc) à une structure plus libérée qui risque d’engager ses employés dans un monde ultra-libéral où ils devront être des entrepreneurs autonomes et responsables et où le bien-être et la liberté de chacun primeront sur les bilans financiers excédentaires Chacun devient responsable de lui-même, de ses objectifs, de ses décisions de son entourage professionnel et de toutes les parties prenantes qui composent son système. Face a ce mouvement beaucoup de critiques se sont élevés , certains le considère comme une imposture et d’autres comme une source d’une meilleure performance globale de l’entreprise et, vous qu’est ce que vous y voyez ?

Références : http://www.osezvotrepotentiel.com/entreprises-liberees-trois-piliers#:~:text=%C2%AB%20Il%20n%27y%20a%20pas,il%20faut%20leur%20faire%20confiance.%20%C2%BB https://fr.wikipedia.org/wiki/Entreprise_lib%C3%A9r%C3%A9e http://dhcp-consulting.com/lentreprise-liberee-succes-dannee-ou-outil-du-futur/

Notez
Lu 649 fois

Nouveau commentaire :

La Lettre du Manager | E-Magazine | Ressources pédagogiques | Le Manager en Action | Annuaires du Manager | Bourse de Projets | Communautés