Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Le Temps des Valeurs

Les utopies d'entreprise : une source d'inspiration pour libérer le management ? (2)


4.3. L’analyse documentaire de première ou de deuxième main

C’est un fait largement établi, même parmi les plus anti-intellectualistes d’entre eux (Zobrist par exemple) : à côté de leur oralité effervescente, les entrepreneurs d’utopie écrivent beaucoup, et pas seulement sur leur expérience d’entreprise mais dans le domaine de la philosophie sociale et politique. C’est là d’ailleurs leur marque de fabrique. Déjà, R. Owen fut un plumitif respectable. E. Cabet et J.-B. Godin excipèrent d’une bibliographie copieuse. Plus près de nous, A. Olivetti marqua la vie intellectuelle, politiquejavascript:void(0) et sociale de son temps, beaucoup plus qu’il n’influença les milieux patronaux, toujours réticents face à son exigence de démocratie dans tous les registres de la société. On lui doit ainsi de nombreux ouvrages, la création d’une revue et d’une maison d’édition, adonnés à l’industrie certes, mais aussi à l’architecture, l’urbanisme ou l’esthétique, et reliés entre eux par le fil conducteur de la notion de comunità (Olivetti, 1946, 1960). Il en serait de même des pères fondateurs du complexe coopératif de Mondragòn et pas seulement du très pascalien José Maria Arizmendiarrieta (1999), l’initiateur, et les quinze volumes de ses œuvres complètes, mais également de ses descendances intellectuelles prolifiques (par ex. Azurmendi, 1992 ; Ormaetxea, 1997). Nous l’avons vu, la récolte sur les entreprises libérées actuelles ne serait pas moins abondante. Mais à l’exception sans doute de M. Hervé dont les ambitions théoriques tranchent sur le périmètre plus modestement managérial de ses contemporains (Hervé et alii, 2007 ; Hervé & Brière, 2012), il faut bien souvent se contenter de témoignages de seconde main ou de formalisations disséminées dans des colloques, thèses ou revues de dialogue entre chercheurs et praticiens (Futuribles, Harvard Business Review, Sloan Management Review …).

Sur ce point, les archives historiographiques vouées aux expériences les plus lointaines seraient paradoxalement plus plantureuses et plus précises, avec leurs relevés méticuleux en eaux profondes. L’expérience de l’Icarie d’E. Cabet en fournit le prototype, avec les innombrables écrits d’E. Cabet lui-même, ses témoins exaltés et ses contre-témoins désenchantés, ses observateurs de première main et ceux de deuxième main (Crétinon & Lacour, 1855, rééd. Par Rude 1952 ; Francis et Gonthier, 1983), sans oublier les forages intensifs de son historien attitré, Jules Prudhommeaux, (1907) et les fouilles successives dont elle fit l’objet pour servir à l’épopée du socialisme et du communisme (notamment chez Ch. Gide). Tout semble en effet présent dans ce vertigineux gisement documentaire : depuis les protocoles les plus détaillés des prises de décision et des débats en réunion, jusqu’à l’organisation et les disciplines du travail, en passant par les politiques de rémunération égalitaire, les controverses qu’elles suscitent en même temps que les contestations sur le leadership de Cabet. Il en irait de même pour l’expérience de R. Owen à New Lanark (Écosse), puis à New Harmony (Indiana) et sa fondation d’une bourse du travail à Londres. Plus récemment, dans son approche sociohistorique du Familistère de Guise, M. Lallement a confirmé de brillante façon la fécondité de cette démarche documentaire. Moyennant l’évitement de « quelques pièges » il argumente, lui aussi, sur la validité sociologique du « prisme biographique », « tant il est vrai que l’expérience individuelle [celle de Godin en l’espèce] est un fil d’Ariane qui mène rapidement vers des pratiques et des représentations collectivement partagées » (2009 : 22). Encore faut-il analyser « la parole et l’action de Godin en contexte » et savoir démêler « ce qui revient en propre au fondateur » [de l’expérimentation de Guise] (ibid. : 23-24). D’où la plongée dans des cartons d’archives et la fréquentation des historiens. Mais là encore, le matériau dont on dispose n’est pas neutre : « ce sont avant tout les conceptions de Godin et de ses proches qui sont mises en mots, rationalisées, objectivées, offertes à l’interprétation, rappelle Lallement. A défaut de supports […] aussi nombreux que ceux dont a pu bénéficier l’industriel picard, le monde et les avis des familles ouvrières sont plus difficiles à connaître et à décrypter. Ce biais méthodologique est difficilement contournable. J’ai tenté d’en limiter les effets en mobilisant, quand cela était possible, des sources extérieures au Familistère (la presse régionale par exemple) » (ibid. : 25). On imagine ici tout le bénéfice qui pourrait être tiré aujourd’hui des usages nouveaux du Web dans la structuration de nos connaissances sur les expériences d’entreprises atypiques (réseaux sociaux, blogs, et autres forums, netnographie, cartographie des controverses, ontologies etc.). Une démultiplication des fouilles pourrait désormais s’ensuivre, permettant tout à la fois de dégager les communautés d’expériences, d’idées et d’intentionnalités et d’étudier plus en profondeur la façon dont elle se construisent et génèrent des débats.

4.4. L’immersion totale et la pratique du « sic et non »

Une autre voie pourrait être empruntée, moins du côté de la construction des connaissances que de l’interaction entre connaissances et action. C’est la voie royale de l’immersion complète dans l’entreprise utopique. Henri Desroche en fut un adepte, lui qui vécut au détour des années 1940, pour le compte d’Économie et Humanisme, l’expérience du témoin embarqué (embedded), du scribe, du sparring partner, du « pseudo-boursier », voire de l’intellectuel organique, dans la Communauté de travail Boimondau (BOItiers de MONtres du DAUphiné). Il s’agissait alors d’une communauté productive parmi une bonne centaine à l’époque en France, en Belgique et en Suisse, « axée sur la propriété et la gestion communes des moyens de production (une moyenne entreprise d’horlogerie située à Valence) » (Desroche, 1992 : 63) Mais plus qu’une entreprise, l’entrepreneur horloger M. Barbu voulut construire une véritable cité, c’est-à-dire une communauté de communautés, groupant outre celle de travail, une communauté de vie, une communauté de culture ou d’éducation (avec son université ouvrière) et une communauté de conviction, « cellule mère d’une société nouvelle » (Ibid.). Selon Lago, sortant d’un vaste chantier bibliographique, H. Desroche aurait vécu là, à raison d’une semaine par mois, puis durant une année sabbatique complète (1950-1951) l’expérience fondatrice de « la communauté comme utopie pratiquée […] en effet, la rencontre avec la communauté de travail de Valence lui fait découvrir dans la réalité la possibilité d’une réalisation concrète de ce qui pouvait sembler utopique, au sens de ‘chimérique’ […] grâce aux difficultés internes observées chez Boimondau, la distinction [lui] deviendra évidente entre les mouvements utopiques, seulement rêvés ou écrits, et ceux qui ont été réellement pratiqués » (pp. 123-124).

Et pourquoi pas embrocher toutes ces sources de réflexion par l’analyse systématique des « dénonciations » chers aux théoriciens conventionnalistes ou par l’exercice de la vieille méthode scholastique du « sic et non » héritée d’Abélard ? En clair : quels argumentaires, quelles rhétoriques, utilisent les praticiens d’utopie pour dénoncer les entreprises conventionnelles et, à l’inverse, quels contre-arguments vont valoir ces dernières pour disqualifier les premiers, non sans imaginer toutes sortes de nuances dans chacun des deux camps, avec des « mais oui » ou des « oui mais… », des « non mais peut-être » ou des « non… mais pourquoi pas » ?

Conclusion

Les entrepreneurs d’utopie que nous avons étudiés ici ont tous en commun d’avoir été ou d’être des porteurs d’espérance. Ils affirment, qu’un autre monde est possible, du moins qu’un autre modèle d’entreprise n’est pas seulement pensable mais réalisable. A ce titre, ils occupent selon nous une place privilégiée parmi les tentatives le dépassement des formes actuellement dominantes d’organisation du travail et de gestion des systèmes productifs. On pourrait ironiser sur le caractère minoritaire et microscopique de leurs expériences. Ce serait oublier que la plupart d’entre elles se sont caractérisées par une réussite économique, une croissance, une durabilité et surtout une résilience bien souvent supérieures aux entreprises ordinaires. Mais ce serait également négliger qu’elles ont atteint ce haut niveau de performance en répondant en partie à des aspirations politiques et sociales aujourd’hui en plein essor pour faire face aux prétendus déterminismes économiques et à l’essoufflement des techniques managériales qui en sont bien souvent les servantes dociles. Refusant d’inféoder le fonctionnement de leurs entreprises à des normes de rentabilité à court terme ou à l’épouvantail de la mondialisation, les leaders libérateurs portent très haut une série d’idéaux que l’on croyait définitivement étrangers à l’univers de l’entreprise actuelle. Car il s’agit rien moins, pour la plupart d’entre, eux, d’envisager l’emploi comme priorité contre l’instrumentalisation rampante des ressources humaines ; de réintroduire la solidarité et l’action collective comme contrepoids aux ravages de l’individualisation croissante du rapport salarial ; de faire entrer la démocratie participative dans l’organisation en développant l’autonomie et l’initiative des salariés et en les traitant « intrinsèquement comme des égaux » (GorteTex) au lieu de les enserrer dans un univers de contraintes hiérarchiques toujours plus rigides et coûteuses ; de privilégier la vision stratégique, les finalités et les conditions sociétales de l’activité économique à long terme plutôt que de laisser toute la place au calcul et aux procédures ; de réhabiliter surtout le volontarisme politique et moral contre l’asthénie managériale livrée aux puissances occultes du marché (« il n’y aurait pas d’alternative », « les contraintes seraient telles que… »).

On voit bien quelle part de ré-enchantement et de rêve éveillé ces idéaux supposent. Mais les espérances des entrepreneurs d’utopie ne se sont-elles pas révélées finalement aussi crédibles que les « croyances déguisées en savoirs » de l’économisme (Guillebaud, 2005 : 29) ? A minima, elles nous rappellent deux facultés souvent oubliées des utopies sociales : leur potentiel socialement dynamogénique, c’est-à-dire leur performativité, pour passer de la doctrine singulière à l’action collective d’une part, et leur efficacité pédagogique, à titre d’assouplissement mental pour élargir nos systèmes de représentation d’autre part, ces deux fonctions appelant selon nous à leur tour, un renouvellement des recherches dans au moins deux directions.

La première concernerait un champ particulièrement large et multiple, incluant tout à la fois la sociologie des minorités actives, la sociologie de l’engagement (par ex. Becker, 2006) ou de l’action collective (voir le monumental travail de D. Cefaï, 2007), soit que l’on mette en évidence le rôle des idéaux, comme soutien de l’action dans les comportements managériaux en rupture, selon la formule nostalgiquement durkheimienne (« il y a toute une partie de la sociologie qui devrait rechercher les lois de l’idéation collective et qui est encore tout entière à faire », cité in Desroche, 1973 : 28 ; mais aussi un surprenant Dewey, 1934), soit que l’on mette au contraire les projets d’utopies entrepreneuriales sur le compte d’une « rationalité axiologique » qui aurait ses raisons (Boudon, 2012 : 47-56). Et pourquoi pas réembrayer sur l’étude sociologique des phénomènes de conversion pour rendre compte des dynamiques à l’œuvre lorsque les convictions des leaders rencontrent des résistances dans le corps social car, à en croire le témoignage de la plupart d’entre eux, créateurs ex-nihilo, repreneurs ou héritiers, la partie est rarement gagnée d’avance ? Déjà, de nombreux travaux sont sur les rangs (par ex. Snow, Machalek, 1984 ; Bourdet, 1986 ; Jacques Ion, 1997, 2012 ; Sociologies pratiques, 2007/2) et ne demanderaient qu’à s’approfondir.

Quant à la seconde fonction des utopies sociales ou d’entreprises, elle concernerait leur dimension pédagogique. C’est une vieille et belle idée chère à R. Ruyer (1950), grand analyste - et pourfendeur - des utopies, que de les cultiver comme « exercice mental » ou comme « un jeu sur les possibles latéraux à la réalité ». Une sorte d’exercice d’assouplissement mental, disions-nous, à l’usage des jeunes générations. Une idée qui ne demanderait qu’à être approfondie, notamment dans les programmes de formation attachés à produire des entrepreneurs créatifs plus que des managers dont la pléthore, à force de procédures de rationalisation et de techniques d’optimisation, a fini par rétracter notre imagination et contribué à grossir les rangs de ce que Gilbert Keith Chesterton appelait une « Église du pessimisme ». Du coup la contribution pédagogique des utopies d’entreprise ne serait-elle pas de taille à ouvrir un chapitre nouveau des Critical management studies aujourd’hui en plein développement dans un certain nombre d’établissements d’enseignement et de recherche en sciences de gestion (cf. HEC et son « Observatoire du management alternatif » et le CRCGM de Clermont-Université et sa chaire « Altergouvernance ») ?

Bibliographie et sitographie

Alvesson (1995), « The meaning and meaninglessness of postmodernism : some ironic remarks », Organization Studies, vol. 16, n° 6, pp. 1047-1075.
Alvesson M., Willmott H. (2003), Studying Management Critically, London, Sage.
Alvesson M., Bridgman T., Willmott H. (2009), The Oxford Handbook of Critical Management Studies, Oxford University Press.
Arizùendiarrieta J.-M. (1999), Pensamientos, Otalora (Azatza).
Audier S. (2010), La pensée solidariste. Aux sources du modèle social républicain, Paris, PUF.
Aurégan P., Joffre P. (2004), « Faire face à la profusion des projets dans les organisations », Management & Avenir, 2, n° 2, pp. 97-117.
Azurmendi J. (1992), El hombre cooperativo, Otalora.
Beauvallet M. (2009), Les stratégies absurdes. Comment faire pire en croyant faire mieux, Paris, Seuil.
Becker H. (2006), « Sur le concept d’engagement », SociologieS, découvertes/redécouvertes, 12 p.
Belet D. (2013), « Un paradigme innovant et puissant pour remédier à la crise du management : le ‘servant leadership’ », Innovations, 1, n° 40, pp. 11-31.
Bessire D., Mesure H. (2009), « Penser l’entreprise comme communauté : fondements, définition et implications », Management & Avenir, n° 30, 10, pp. 30-50.
Birkinshaw J., Hamel G., Mol M.-J. (2008), « Management Innovation », Academy of Management Review, vol. 33, n° 4, pp. 825–845.
Bloch E. (1918, trad. franç. 1977), L’esprit de l’utopie, Paris, Gallimard.
Bloch E. (1954-1959, trad. franç. 1976, 1982, 1991), Le principe espérance, 3 vol. Paris, Gallimard.
Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
Boudon R. (2012), Croire et savoir. Penser le politique, le moral et le religieux, Paris, PUF.
Bourdet Y. (1986), Qu’est-ce qui fait courir les militants ? Analyse sociologique des motivations et comportements, Paris, Stock.
Bouveresse J. (2007), Peut-on ne pas croire ? Paris, Agone.
Brière Th. (2011), « Qu’est-ce que la démocratie dans le monde de l’entreprise ? », Le journal du Net, 16 décembre.
Carlzon J. (1986), Renversons la pyramide, Paris, InterEditions.
Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, Recherches.
Chanal V., Tannery F. (2005), « La communication de la stratégie ou l’art de persuader », Revue française de gestion, n° 159, 6, pp. 165-186.
Cloke K., Goldsmith J. (2002), The End of Management and the Rise of Organizational Democracy, John Wiley & Sons, 300 p.
Cohendet P., Diani M. (2003), « L’organisation comme une communauté de communautés, croyances collectives et culture d’entreprise », Revue d’économie politique, 5, vol. 113, pp. 697-720.
Coutrot Th. (1998), L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste, Paris, La Découverte.
Crétinon J.-F., Lacour F., (1952), Voyage en Icarie. Deux ouvriers viennois aux Etats-Unis en 1855, Paris, éd. établie et commentée par F. Rude, PUF.
Desroche H. (1966), « Ecriture et tradition de l’utopisme pratiqué », Archives Internationales de Sociologie de la coopération, Janvier-Juin, tiré à part : Centre de recherches coopératives, E.P.H.E (VIème section), n° 24, 15 p.
Desroche H. (1972), Les dieux rêvés. Théisme et athéisme en utopie, Paris, Desclée et Cie.
Desroche H. (1973), Sociologie de l’espérance, Paris, Calmann-Lévy.
Desroche H. (1991), « Humanismes et utopies », Encyclopédie de la Pléiade, Histoire des Mœurs, tome III, pp. 78-134.
Desroche H. (1992), Mémoires d’un faiseur de livres, Paris, Lieu Commun.
Dewey J. (1934, éd. franç. 2011), Une foi commune, Paris, La Découverte, « Les empêcheurs de penser en rond ».
Dujarier M.-A. (2006), L’idéal au travail, Paris, PUF.
Dupuy F. (2011), Lost in management : la vie quotidienne des entreprises au XXIème siècle, Paris, Seuil.
Engels F. (1880, éd. franç.1977), Socialisme utopique et socialisme scientifique, Paris, éditions sociales.
Fasano M. (2011), « In me non c’e che futuro ». Ritratto di Adriano Olivetti, Bologna, Fondazione A. Olivetti / SATTVA Films.
Fenton T.-L. (2002), The Democratic Company, World Dynamics, Inc.
Ferreras I. (2007), Critique politique du travail, Paris, Presses de Sciences Po.
Foucault M. (2001), Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard/Seuil, pp. 1571-1581.
Francis C., Gonthier F. (1983), Partons pour Icarie ; des Français en Utopie ; Une société idéale aux Etats-Unis en 1849, Paris, Perrin.
Frick D.M. (2004), Robert Greenleaf. A life of Servant Leadership, San Francisco, Berrett Koehler.
Getz I. (2012), « Un quête d’entreprises jouant la liberté et le partage du rêve », Le journal de l’école de Paris du management, 3, n° 95, pp. 8-15.
Getz I., Carney B.-M. (2009, trad. franç., 2012), Freedom Inc., Free Your Employees and Let Them Lead Your Business to Higher Productivity, Profits and Growth, New York, Crown Business. Trad. franç. Liberté & Cie, Paris, Fayard.
Gide Ch. (1932), La solidarité, Paris, PUF.
Giroux N., Marroquin L. (2005), « L’approche narrative des organisations », Revue Française de gestion, n°159, 6, pp. 15-42.
Guillebaud J.-C. (2005), La force de conviction. A quoi pouvons-nous croire ? Paris, Seuil.
Hamel G. (2006) « The why, what and how of management innovation », Harvard Business Review, February, pp. 72-84.
Hamel G. (2009), « Moon Shots for Management », Harvard Business Review, February, pp. 91-98.
Hamel G. (2011), « First, let’s fire all the managers”, Harvard Business Review, December, pp. 48-60.
Hamel G., Breen B. (2008), La fin du management, Paris, Vuibert.
Hervé M., d’Iribarne A., Bourguinat E. (2007), De la pyramide aux réseaux. Récits d’une expérience de démocratie participative, Paris, éd. Autrement.
Hervé M., Brière Th. (2012), Le pouvoir au-delà du pouvoir. L’exigence de démocratie dans toute organisation, Paris, François Bourin éd.
Hibou B. (2012), La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte.
Horovitz J. (coord.), L’entreprise humaniste. Le management par les valeurs, Paris, Ellipses.
Huxley A. (1932, éd. franç. 2002), Le meilleur des mondes, Paris, Pocket, n° 1438.
Ion J. (1997), La fin des militants ? Paris, l’Atelier.
Ion J. (2012), S’engager dans une société d’individus, Paris, A. Colin, coll. « Individu et société », 214 p.
Jardat R. (2012), « De la démocratie en entreprise », Revue française de gestion, n° 228-229, pp. 167-184.
Kalberg S. (2010), Les valeurs, les idées, les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte.
Lacroix M. (2007), Avoir un idéal, est-ce bien raisonnable ? Paris, Flammarion.
Lago D. (2011), Henri Desroche théoricien de l’éducation permanente, Paris, éd. Don Bosco.
Lallement M. (2009), Le travail de l’utopie. Godin et le Familistère de Guise, Paris, Les Belles lettres.
Lapayre N. (2010), Une approche critique des modes de management post-bureaucratiques. Le cas du management de projet, Thèse pour le doctorat ès sciences de gestion, Université de Strasbourg / École de management de Strasbourg.
Lippi F. (2011), « Le web et la confiance », Futuribles, n° 3-4, mai, pp. 30-33.
Lyotard J.-F. (1979), La condition postmoderne, Paris, Les éditions de Minuit.
Lipovetsky G. (1983), L'Ère du vide. Essais sur l'individualisme contemporain, Paris, Gallimard.
Mannheim K. (1929, éd. franç. 1956), Idéologie et utopie, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie.
March J.-S. (1999), « Les mythes du management », Gérer et comprendre, septembre, pp. 4-12.
Mintzberg H. (1990), Le management. Voyage au centre des organisations, Paris, éd. d’organisation.
Monod J.-C. (2012), Qu’est-ce qu’un chef en démocratie ? Paris, Seuil, 320 p.
Mucchielli A. (1996), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.
Nietzsche F. (1881-1882, éd. franç.1967), Le gai savoir, in Œuvres philosophiques complètes, tome V, Gallimard.
Novara F. (2004), « L’organisation est-elle guérissable ? », Travail & Emploi, n°97, janvier, 7-27.
Novara F. (2009), « Olivetti : une expérience d’hétérotopie communautaire ? », in I. Berrebi-Hoffmann (dir.), Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui, Paris, La découverte, pp. 73-86.
Olivetti A. (1946), L’ordine politico delle Comunità, Roma, edizioni di Comunità.
Olivetti A. (1955), “Ai lavoratori di Pozzuoli”, Discorso di Adriano Olivetti per l’inuagurazione dello stabilimento di Pozzuoli, 23 aprile.
Olivetti A. (1960), Città dell’uomo, Milano, Edizioni di Comunità.
Ormaetxea J.-M. (1998), Orígines y claves del cooperativismo de Mondragòn, Saiolan.
Orwell G. (1949, éd. franç. 1972), 1984, Paris, Gallimard.
Parker, M. (1995), « Critique in the name of what? Postmodernism and critical approaches
to organization», Organization Studies, 16, 4, pp. 553-64.
Parker M. (ed.) (2002a), Utopia and Organization, Oxford, Blackwell Publishing.
Parker M. (2002b), Against management: Organization in the Age of Managerialism, Cambridge, Polity Press/ Blackwell Publishers Ltd.
Peters T. (1992, trad. Franc. 1993), Liberation Management, New York, A. Knopf, Trad. franç. L’entreprise libérée, Paris, Dunod.
Pezet A., Pezet E. (2010), La société managériale. Essai sur les nanotechnologies de l’économique et du social, Paris, La ville brûle.
Pichault F., Nizet J. (2000), Les pratiques de gestion des ressources humaines, Paris, Seuil.
Prudhommeaux J. (1907), Icarie et son fondateur Etienne Cabet. Contribution à l’étude du Socialisme expérimental, Paris, Edouard Cornély & Cie éditeurs.
Rosanvallon P. (2011), La société des égaux, Paris, Seuil.
Rubel M. (1974), Marx critique du marxisme, Paris, Payot.
Ruyer R. (1950), L’utopie et les utopies, Paris, PUF.
Saint-Simon Henri de (1825, édit. 1969), Le nouveau christianisme, Paris, Seuil.
Salmon Ch. (2007), Storytelling, Paris, La Découverte, 239 p.
Semler R. (1993), A contre-courant, Paris, Dunod.
Semler R. (2004), The Seven-Day Weekend. A Better Way to Work in the 21st Century, London, Arrow Books.
Servy P. (1981), Les coopératives de Mondragòn, Bayonne, Inter-professions service.
Snow D.-A., Machalek R. (1984), « The sociology of conversion », Annual Review of sociology, 10, pp. 167-190.
Sociologies pratiques (2007), Comprendre les engagements aujourd’hui, n° 15, 2, Presses de Sciences Po.
Teerlink R., Ozley L. (2000), More Than a Motorcycle: The Leadership Journey at Harley-Davidson, HBS Press.
Townsend R. (1970 trad. franc.), Au-delà du management : comment empêcher les entreprises d’étouffer les gens et de bloquer les profits, Paris, Arthaud.
Trouvé Ph. (2005), « Les utopies sociales de la dirigeance », Cahier de recherche, 2, Groupe ESC Clermont, 24 p.
Trouvé Ph. (2007) « Les utopies sociales de la dirigeance » in F. Bournois, J. Duval-Hamel, S. Roussillon, J.-L. Scaringella (eds), (2007), Comités exécutifs, Voyage au cœur de la dirigeance, Paris, Eyrolles, 474-482.
Trouvé Ph. (2006), « Du projet dans les utopies et de l’utopie dans les projets : quelques leçons tirées des utopies d’entreprise », in P. Lièvre, M. Lecoutre, Traoré K. (eds.), Management de projets. Les règles de l’activité à projets, Paris, Hermès Science, Lavoisier, pp. 136-156.
Versins P. (1972), Encyclopédie de l’utopie et de la science-fiction, Lausanne, l’Âge d’homme.
Weber M. (éd. franç. 2003), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
Zobrist J.-F. (2008a), La belle histoire de Favi. L’entreprise qui croit que l’homme est bon. Tome 1. Paris, éd. Humanisme et organisations.
Zobrist J.-F. (2008b), La belle histoire de Favi. L’entreprise qui croit que l’homme est bon. Tome 2. Paris, éd. Humanisme et organisations.
Zobrist J.-F. (2008c), « L’intelligence de terrain », Futuribles, n° 344, septembre, pp. 37-41.
Zobrist J.-F. (2012), « La fonderie Favi, un leader mondial qui croit que l’homme est bon », L’association des amis de l’École de Paris du management, séance du 22 novembre, CR rédigé par P. Lefebvre, 13 p.
Weick K. (1995), Sensemaking in Organizations, Thousand Oaks, Sage.

Groupe ESC Clermont Business School
Notez
Lu 846 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes