Connectez-vous S'inscrire
Management : Les 4 Temps du Management
Les 4 TEMPS du MANAGEMENT
Il est temps de réinventer le management

Le Temps de l'Action

1.39 Le courage managérial dans les échanges ordinaires : (1)


Qu'est-ce le courage managérial

Les relations managériales ne sont pas un long fleuve tranquille. Les règles à respecter, les objectifs à atteindre, les délais à tenir... demandent un certain engagement de la part des collaborateurs. Cela passe par la capacité du manager à être le plus clair possible dans sa communication. Cette exigence, dont il est porteur n'est pas sans conséquences sur l'Autre car il s'agit parfois de lui demander de poser des actes qu'il n'a pas envie de faire, ou en tout cas pas au moment où on lui demande.

Fredéric Lordon, reprenant les théories d'Hegel, nous rappelle que la relation managériale est bien un espace où deux désirs s'opposent. Cela suppose un certain courage qui se traduit concrètement par la capacité à s'affirmer avec courtoisie et dans certaines situations avec fermeté. Ce courage dépend en grande partie de la capacité du sujet à s'affirmer avec "assertive". C'est visiblement un aspect essentiel du leadership.

Le docteur Fanget (2007) la définit comme la capacité à :
- Exprimer ses besoins et désirs avec tact
- Respecter équitablement les besoins et les désirs des autres
- S'exprimer de façon claire et précise
- Adopter une posture franche et loyale
- Rechercher un compromis en cas de conflit
- Dire ce que l'on a à dire sans avoir l'impression d'avoir gêné son interlocuteur

Platon considère que le courage (andreia en grec) est une des quatre vertus cardinales, les trois autres étant la prudence, la tempérance et la justice. C'est "l'état de l’âme qui ne se laisse pas ébranler par la crainte ; hardiesse au combat ; science des choses relatives à la guerre ; fermeté de l’âme face à ce qui est effrayant et terrible ; audace au service de la tempérance ; intrépidité dans l’attente de la mort ; état d’une âme qui garde sa capacité de juger correctement dans les périls ; force qui fait contrepoids au péril ; force de persévérer dans la vertu ; calme de l’âme en présence de ce qui, suivant la droite raison, paraît devoir déclencher terreur ou confiance ; capacité de ne pas se laisser aller à la lâcheté sous l’effet de la terreur que fait naître l’épreuve de la guerre ; état de fidélité constante à la foi." (Brisson, 2008 : p 287 - 289).

Le philosophe japonais Nitobe Inazō (1862–1933) donne une définition encore plus précise quand il déclare que " Le courage consiste à faire ce qui est juste ".

Cependant, même si le courage est un concept moral, c'est sous l'angle de la psychologie que nous souhaitons l'aborder car il y a un lien évident entre l'estime de soi et cette vertu. La difficulté à la mettre en oeuvre dépend autant des risques réels ou imaginaires perçus dans l'événement que de la confiance qu'un individu peut avoir en lui.

En occupant une position d'autorité et de responsabilité, le manager est confronté quotidiennement au réel, c'est-à-dire en définitive à la vérité. Selon Claudine Catry et Jean-Louis Muller (2000), il a le choix d'adopter plusieurs comportements :
- La fuite qui consiste à éviter les problèmes et ou à différer leur traitement
- L'agressivité qui passe par la domination de l'autre
- La manipulation qui relève de stratégies plus ou moins perverses
Ces 3 attitudes, ne relèvent pas de la logique de l'honneur, si importante pour les salariés français (Iribarne)
Il y a plusieurs manières de vivre le courage. Notre propos dans cet article consistera avant tout à explorer "le courage ordinaire" ; celui qui s'inscrit dans les actes quotidiens des relations managériales ordinaires.

Exercice 1 : Faites la liste des situations de management qui vous demandent de mobiliser ce courage que nous avons qualifié "d'ordinaire". Pour chaque situations , indiquez de 0 à 100, le degré d'anxiété que la situation évoquée peut susciter en vous.

Exercice 2 : Faites le test de Rathus (Avec le fichier Excel en fichier joint). Si vous atteignez un score de 90 et plus, il faudrait envisager de faire un travail sur cette question.
 
echelle_de_rathus.xls Echelle de Rathus.xls  (27.5 Ko)

Test de Rathus

Indiquez à quel degré les affirmations suivantes sont caractéristiques ou descriptives de votre comportement.
Veuillez utiliser la cotation ci-dessous et donner une note à chaque affirmation :
1 = très vrai
2 = plutôt vrai
3 = un peu vrai
4 = un peu faux
5 = plutôt faux
6 = vraiment faux


1. La plupart des gens me semblent être agressifs et défendre mieux leurs droits que moi.

2. Il m'est arrivé d'hésiter par timidité au moment de donner ou d'accepter des rendez-vous.

3. Quand la nourriture dans un restaurant ne me satisfait pas, je m'en plains au serveur ou à la serveuse.

4. Je fais attention à ne pas heurter les sentiments des autres, même lorsque je sens que l'on m'a blessé(e).

5. Si un vendeur s'est donné beaucoup de mal à me montrer une marchandise qui ne me convient pas parfaitement, j'ai un moment difficile lorsque je dois dire " non ".

6. Lorsqu'on me demande de faire quelque chose, j'insiste pour en savoir la raison.

7. Il y a des moments où je cherche une bonne et vigoureuse discussion.

8. Je me bats pour arriver aussi bien que les autres dans ma profession.

9. A vrai dire, les gens tirent souvent profit de moi.

10. J'ai du plaisir à entreprendre des conversations avec de nouvelles connaissances ou des étrangers.

11. Souvent je ne sais rien dire à des personnes séduisantes du sexe opposé.

12. J'hésiterais à téléphoner à un grand établissement de commerce ou à une administration.

13. Je préférerais poser ma candidature pour un autre travail par lettre plutôt que par un entretien personnel.

14. Je trouve embarrassant de renvoyer une marchandise.

15. Si un parent proche et respecté est en train de m'ennuyer, j'étoufferais mes sentiments plutôt que d'exprimer cette gêne.

16. Il m'est arrivé de ne pas poser des questions par peur de paraître stupide.

17. Pendant une discussion serrée, j'ai souvent peur d'être bouleversé(e) au point de trembler de tout mon corps.

18. Si un conférencier réputé et respecté dit quelque chose que je pense inexact, j'aimerais que le public entende aussi mon point de vue.

19. J'évite de discuter les prix avec les représentants et les vendeurs.

20. Lorsque j'ai fait quelque chose d'important et de valable, je m'arrange pour le faire savoir aux autres.

21. Je suis ouvert et franc au sujet de mes sentiments.

22. Si quelqu'un a répandu des histoires fausses et de mauvais goût à mon sujet, je le vois aussi vite que possible pour une explication.

23. J'ai souvent un moment difficile lorsque je dois dire " non ".

24. J'ai tendance à contenir des émotions plutôt que de faire une scène.

25. Je me plains lorsque le service est mal fait, dans un restaurant ou ailleurs.

26. Souvent je ne sais pas quoi dire lorsqu'on me fait un compliment.

27. Au cinéma, au théâtre, ou lors d'une conférence, si un couple près de moi est en train de parler à voix haute, je lui demande de se taire ou d'aller autre part.

28. Quiconque cherche à passer devant moi dans une queue risque une bonne explication.

29. Je suis rapide dans l'expression de mes opinions.

30. Il y a des moments où je ne sais pas quoi dire.


Notez
Lu 3505 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Chroniques impertinentes | Web TV du Management