Connectez-vous S'inscrire
Les 4 Temps du Management - Réinventer le Management
Un webzine au service de l'innovation en Management
Les 4 Temps du Management

Futurologie

Une France sans tabac en 2050 ?

BOBILLIER Guillaume, CARDOSO Maxime, BOUCHANE Salma, CHEFDEVILLE Manon, BRUN Benjamin


Introduction

En France, 75000 personnes meurent chaque année des effets du tabac sur la santé. Cela représente environ la moitié de la population de Clermont-Ferrand. La France connait aussi chaque année un déficit de 10 milliards d’euros liés au tabac. En effet, contrairement aux idées reçues, le tabac rapporte environ 15 milliards à l’État et les coûts liés à la santé représentent eux 25 milliards.                
De plus certains pays, ont pris récemment des décisions importantes vis-à-vis de la consommation de tabac. La Nouvelle-Zélande, un des pays les plus avancés en termes de lutte contre le tabagisme a notamment pris des mesures très strictes contre le tabac. 
En 2021, la Nouvelle-Zélande a validé la mise en place de mesures très restrictives afin de réduire la consommation du tabac. Le pays a notamment voté pour l’interdiction de la vente du tabac aux personnes nés après 2006, qui n’ont donc pas encore 18 ans afin de réduire petit à petit le nombre de consommateurs. De plus, les néo-zélandais ont aussi décidé de réduire le taux de nicotine dans les cigarettes afin de réduire les addictions et donc petit à petit le nombre de consommateurs. En outre depuis quelques temps, fumer n’est plus la norme contrairement aux années 1950 à 1980. Comme vous pourrez le voir dans la vidéo ci-jointe aujourd’hui la norme a beaucoup évolué, fumer n’est plus considéré comme un élément de virilité ou encore d’émancipation même si dans certains esprits cette idée persiste toujours.
 
Suite à ces différents constats, que ce soit les enjeux économiques pour le pays, les enjeux autour de la santé mais aussi le fait que les Français soit de plus en plus enclins à réduire leur consommation. Nous nous sommes donc demandé si ce serait possible de concevoir une France sans tabac et si les mesures prises par la Nouvelle -Zélande pourraient être prises par l’État Français ?
 
Dans un premier temps, nous allons donc analyser les impacts à la fois sur l’Etat, s’il venait à prendre mesures très strictes concernant la consommation de tabac. Puis dans un second temps nous étudierons les impacts sur les entreprises d’une réduction du nombre de consommateurs. Enfin nous reviendrons sur une étude que nous avons réalisée afin de voir si les Français comme les néo-zélandais seraient aujourd’hui prêts à accepter les mesures mises en place par la Nouvelle-Zélande et donc si le pays était prêt à évoluer vers un futur sans tabac.

I. L'IMPACT POUR L'ETAT

a. En 2022

Aujourd’hui, le tabac présente des impacts négatifs. Tout d’abord économique, puisque la vente de tabac rapporte 15,3 milliards d’euros grâce aux taxes mais en contrepartie, 26 milliards d’euros sont dépensés dans les soins de santé lié au tabagisme, on en conclu donc que l’État est déficitaire ainsi le tabac lui coûte plus que ce qu’il lui rapporte.
Pour cela nous avons détaillé le prix du paquet de cigarette à 9,30€ :
 
Quel apport ? (En €) Pour qui ? Quelle part ? (En %)
0,69€ L’industrie (fabricant) 7%
0,92€ Le buraliste 10%
6,14€ La sécurité sociale 66%
1,55€ L’État 17%
 
Pour qu’un paquet de cigarette soit rentable pour l’État, celui-ci devrait être vendu au prix unitaire de 45€. Le tabagisme est la 1ère cause de mortalité évitable en France avec environ 75 000 décès par an soit 1 décès sur 8 et représente ainsi 27% des cancers chez les Hommes.
 
L’impact écologique est considérable puisqu’on estime 20 à 25 000 tonnes la quantité de mégots jetés chaque année en France soit l’équivalent de 23 milliards de mégots, devenant le 3ème déchet le plus mortel et polluant des océans (1 mégot = 500L d’eau polluer). Il faut savoir qu’un mégot peut mettre plus de 10 ans à se dégrader à cause des matières plastiques et substances chimiques contenues dans le filtre. Les cigarettes représentent 30% des départs de feux et la culture du tabac est responsable de 5% de la déforestation mondiale. Ceux-ci nécessitent des ressources ligneuses, et l’on a calculé qu’il fallait abattre un arbre tous les 15 paquets de cigarettes environ. 

b. L’État français sans tabac en 2050

Passons à présent à l’an 2050, époque à laquelle les normes néozélandaises seront appliquées en France dans le cadre de notre sujet, et où les résultats seront les suivants. 
En 2050, la France sera donc non-fumeuse, c'est-à-dire que moins de 5% de la population fumera. 
 
D’un point de vue économique, les 15 milliards que perçoit l’État grâce à la vente de tabac seront réduits drastiquement. Cependant, l’État ne sera plus en déficit de 10 milliards chaque année à cause de la consommation de tabac. En effet, les taxes sur le tabac rapportent à l’État 15 milliards, mais cette somme est largement battue par les dépenses de la sécurité sociale dans le cadre des traitements, des soins pour lutter contre les cancers par exemple qui s’élèvent à 25 milliards d’euros par an en France. L’économie du tabac, est donc très couteuse dans le cas de la France bien que les mesures prises par M.Macron pendant son premier mandat ont été nettement fructueuses. Le Président français a opté pour une stratégie d’augmentation du prix progressif passant le paquet de 8 euros en moyenne a maintenant 10,50 euros en moyenne. Cet argent, pourra donc être réinvesti et bénéfique pour d’autres causes telles que la dette publique, la sécurité, ou tout simplement dans ce qui sera nécessaire pour l’État.
 
Mais alors, quid des employés du secteur du tabac ? Retrouveront-ils un emploi suite à la suppression de leur travail causé par ces mesures ? L’État sera-t-il en mesure de leur offrir une vie comme celle qu’ils avaient avant ? En effet, ces mesures entraineront de grands changements économiques, structurels … 
 
D'un point de vue écologique, du fait que la France sera non-fumeuse, l’écosystème se portera mieux. Il n’y aura plus de mégots sur les sols, dans les eaux … Il n’y en aura plus non plus dans nos forêts, et donc davantage d’incendie de forêt pourront être évités. De ce fait, ce sont des écosystèmes entiers pour les animaux qui resteront accessibles. Aussi, les individus pourront aller se promener dans ces bois et ces forêts, le secteur du tourisme pourra en bénéficier. C'est donc une aubaine pour la France, la croissance, l’emploi …
De plus, les mégots, la fumée, en somme l’action de fumer comme la majorité des actions de l’être humain créer de la pollution. La fumée pollue, les mégots polluent … et donc une fois que les individus auront arrêté de fumer, cette pollution sera bien moindre. Le réchauffement climatique sera sans doute à son pic, mais l’effet du tabagisme réduira considérablement sur le phénomène. Ce n’est pas que le fait de fumer qui pollue, mais sa culture, son conditionnement, chaque étape de vie d’une cigarette est extrêmement néfaste pour l’environnement.
Nous pouvons ajouter également qu’en 2050, être non-fumeur sera une norme. De fait, les fumeurs seront caractérisés comme des mauvaises personnes d’un point de vue social. Nous assisterons donc à une exclusion sociale de cette partie la population qui n’aura pas le choix que de rentrer dans la norme ou de subir cette exclusion.

Pour finir, nous assisterons sans nul doute à l’apparition d’un marché clandestin du tabac. En effet, nous savons que 14% des enfants de non-fumeur ont tendance à ne pas fumer, cependant, 34% des enfants de deux parents fumeurs auront tendance à fumer à leur tour. Ces mesures ne permettront peut-être pas d’enrayer ces probabilités et donc les enfants de fumeurs seront tentés de faire comme leurs parents. Du fait que légalement, la vente de tabac à cette catégorie de personne ne sera pas autorisée, ils n’auront d’autre choix que de passé par une économie clandestine pour fumer. L’autre solution serait d’acheter leur tabac dans un pays limitrophe. Ce genre d’économie peut apporter de la violence, des tribunaux remplis de mineurs qui fument etc. 
 

II. IMPACT POUR LES ENTREPRISES

a. Impact sur la santé 

Le tabagisme passif est l'inhalation involontaire de fumée par le fumeur. La fumée de tabac contient 4 000 substances chimiques (nicotine, irritants, produits toxiques, etc.) et plus de 50 substances pouvant causer ou favoriser le cancer. Sur le lieu de travail, la fumée de tabac n'est pas seulement nocive pour les fumeurs, mais aussi pour les non-fumeurs à proximité et les collègues qui respirent ces vapeurs en suspension dans l'air. 
Depuis le 1er février 2007, il est strictement interdit de fumer dans tous les lieux à usage collectif couverts et clos (CSP R.3511-1) : il s'agit des lieux de travail individuels, y compris les bureaux. 
Ces facteurs génèrent des coûts directs du tabac correspondent aux périodes de pauses non officielles (non travaillées mais rémunérées), aux accidents du travail et aux arrêts maladie. Les coûts indirects sont les inégalités qui se créent entre fumeurs et non-fumeurs et les problèmes de gestion qui en découlent : démotivation, arrêt, absentéisme. En plus de nuire à la santé, les pauses tabac ne doivent pas nuire à la productivité.

Le tabagisme est un fléau qui coûte très cher aux entreprises. Il est à l’origine de :

Arrêt maladie pour les fumeurs en entreprise :
La santé des fumeurs est plus fragile que celle des non-fumeurs car la consommation de tabac affaiblit le système immunitaire. Par conséquent, les employés qui fument prennent plus de congés de maladie que leurs collègues non-fumeurs.
Les pauses cigarettes, représentent un manque à gagner moyen de 2 350 euros par salarié fumeur et par an, tandis que l'absentéisme est estimé à 395 euros et le présentéisme (le salarié est présent mais sa productivité est moindre en raison de son addiction à la nicotine 353 euros. Le coût supplémentaire en termes de dépenses de santé - pour les employeurs qui s'assurent eux-mêmes - atteint 1 570 euros.

Les dépenses liées aux espaces fumeurs :
Les entreprises qui comptent des fumeurs parmi leurs employés doivent, en principe, aménager un espace à leur intention. Cela implique des coûts pour l'achat de matériel et le nettoyage des installations extérieures. Toutefois, ces dépenses peuvent être investies au profit de l'ensemble du personnel de l'entreprise.

Des coûts d'indemnisation plus élevés : 
Dans le milieu de travail, les employés qui fument sont plus susceptibles que les non-fumeurs de demander des indemnités d'invalidité à leur employeur. L'absence de méthodes de prévention et de contrôle du tabagisme sur le lieu de travail peut également entraîner des demandes d'indemnisation de la part d'employés non-fumeurs. La présence de fumée secondaire sur le lieu de travail signifie que les non-fumeurs travaillent dans des environnements enfumés, inhalent les mêmes substances toxiques que les fumeurs et sont donc confrontés aux mêmes risques pour la santé que les fumeurs.

b. Effets sur la performance

L’absentéisme, les pauses répétées, la faible productivité, le manque de concentration et autres sont tous des problématiques qui coûtent cher à l'entreprise. Mais que dit exactement la loi et que peuvent faire les employeurs pour réglementer la consommation de tabac des employés ?
Les pauses cigarettes ne sont pas définies par le Code du travail et soulèvent la problématique de l'abus des pauses et de leur incidence sur la productivité.

En principe, chaque employé a le droit de prendre une pause de minimum 20 minutes lorsque la journée de travail dépasse 6 heures. Les employés reposés sont libres de se déplacer sans avoir besoin de la permission de leur employeur, Toutefois, depuis la promulgation de l'interdiction de la consommation de tabac sur le lieu de travail, les employés se sentent libre de prendre ces pauses, ce qui peut être considéré comme une inégalité de traitement des employés non-fumeurs au travail. Dans de nombreuses entreprises, les employés sont autorisés à prendre des pauses courtes et régulières pour boire du café, fumer ou vapoter par tolérance. Dans ce cas, ces périodes de repos ne constituent pas un droit du salarié. Ainsi, dans des situations abusives, des mesures disciplinaires doivent être prises, l’employeur peut mettre fin entièrement à cette tolérance, soit la limiter. Par exemple, la Cour de cassation a confirmé la faute lourde de licencier un salarié qui est parti avant la fin du service, s'est reposé et a fumé à l'extérieur du bâtiment sans l'autorisation de l'employeur et était actif (Cour suprême, Chambre de la société, 3 2011). 9e, n°9-43.520).

L’entreprise doit contribuer à améliorer la qualité de vie au travail, ce qui est directement lié à la productivité des employés. Or, le tabagisme a un impact négatif sur la santé des salariés, quel que soit leur âge ou leur condition physique. C'est pourquoi les entreprises doivent mettre en œuvre des actions pour diminuer ou lutter contre le tabagisme sur le lieu de travail, notamment en faisant payer aux fumeurs un supplément pour leur assurance maladie.
 
 

CONCLUSION

Après avoir étudié les impacts et la possibilité d’une France sans tabac, nous avons donc voulu connaitre les opinions de chacun sur les mesures prises par la Nouvelle-Zélande et si les Français seraient prêts à les accepter. Sans grande surprise, la grande majorité des Français fumeurs et non-fumeurs seraient prêt à accepter ces mesures. 70% chez les fumeurs et 80% chez les non-fumeurs.
 
Le tabagisme en France est la première cause de décès évitables et il a un impact négatif sur l’environnement, les entreprises et sur les dépenses de la sécurité sociale. La grande majorité serait prêt à adopter des mesures drastiques sur les générations futures pour construire la France de demain sans tabac. Nous sommes donc en droit de nous poser la question suivante : le pays des droits de l’homme n’applique pas ces mesures dans un soucis de privation de liberté ou par pression du lobbie du tabac ? 
 

Benjamin Brun
Notez
Lu 50 fois

Nouveau commentaire :

Editorial | Le Temps de l'Action | Le Temps des Equipes et des Projets | Le Temps de la Strategie | Le Temps des Valeurs | Futurologie | Web TV du Management | Chroniques impertinentes


Recherche
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Viadeo

google-site-verification=zBXM1P-AZGEjk_uTepWbjj72lctplg2-eEDlKQ25ZtI